L’inquiétante augmentation des cancers extra-digestifs en cas de maladie diverticulaire colique

Les diverticules coliques sont fréquents mais représentent une affection le plus souvent asymptomatique qui touche environ 17,5 % de la population générale. On estime que 30 % des personnes âgées de 60 ans et plus et 70 % de celles de plus de 80 ans dans les pays occidentalisés ont une diverticulose colique. Environ 4 % d’entre elles vont présenter des symptômes et développer une diverticulite colique aiguë. Il existe relativement peu d'études ayant abordé la mortalité liée à la maladie diverticulaire.

Quelques publications ont évalué le risque de mortalité dans la maladie diverticulaire en fonction du sexe des patients et d'autres facteurs comme la perforation, l'obésité, la progression de la maladie diverticulaire aiguë vers la diverticulite compliquée, les complications chirurgicales et les hospitalisations. Des auteurs suédois ont mené une étude de cohorte basée sur la population en établissant un lien entre les registres nationaux et la cohorte d'histopathologie ESPRESSO : elle a inclus au total 75 704 patients ayant un diagnostic de maladie diverticulaire avec histopathologie colorectale et 313 480 personnes de référence de la population générale appariées sur l'âge, le sexe, l'année civile et l’origine géographique.

Au cours des 6 ans de suivi, 32 959 décès sont survenus chez les personnes atteintes de maladie diverticulaire colique (44/1 000 années-personnes) comparativement à 127 153 parmi les personnes de référence appariées (34/1 000 années-personnes), soit un RR de 1,27. Les patients atteints de maladie diverticulaire colique présentaient également, par rapport aux frères et sœurs, un risque accru de décès (Hazard Ratio HR 1,39). Les décès « non gastro-intestinaux » survenus au cours de la période d'étude ont été attribués au cancer et aux maladies respiratoires ou cardiovasculaires.

Les risques de mortalité étaient encore davantage accrus chez les patients atteints de diverticulose colique avec une biopsie colorectale montrant une inflammation de la muqueuse (HR 1,36), l’augmentation étant plus significative au cours de la première année après le diagnostic (HR 2,18). L’accroissement du risque de cancer colorectal était principalement limité à la première année de suivi, et en particulier aux stades précoces du cancer, mais une élévation durable du risque de cancer en général a été observée à long terme ; elle concernait cependant principalement les cancers du foie et du poumon.

Augmentation de 33 % du risque de cancer


Aucune étude n'avait été menée jusqu’ici pour mesurer la mortalité liée à différentes étiologies et la mortalité globale dans une grande cohorte nationale de sujets atteints de maladie diverticulaire, par rapport à des personnes de référence avec des covariables, des comorbidités correspondantes, et avec des maladies familiales (facteurs confondants pris en compte dans les analyses de fratrie).

Au cours d’un suivi médian de 6 ans, 12 846 cancers incidents ont été rapportés parmi les patients atteints d’une maladie diverticulaire et 43 354 chez les patients témoins. D’après les données, les patients atteints d’une maladie diverticulaire présentaient une incidence significativement plus élevée de cancer en général (24,5 contre 18,1 pour 1 000 personnes-années). Après une correction prenant en compte les covariables, le diagnostic de maladie diverticulaire entraînait une augmentation d’environ 33 % du risque cancer.

Si un accroissement du risque de cancer du côlon (71 %) était attendu, l’étude a révélé également une augmentation de 72 % du risque de cancer du foie, de 62 % du risque de cancer du pancréas de de 50 % du risque de cancer pulmonaire. La consommation d’alcool, de tabac, l’obésité et des facteurs liés au mode de vie en seraient responsables.

En conclusion, la mortalité des individus porteurs d’une maladie diverticulaire colique est plus élevée que celle des individus de la population générale. La présence d'une inflammation histologique de la muqueuse sur les biopsies colorectales est un facteur prédictif d'un risque accru de mortalité.

Dr Sylvain Beorchia

Référence
Ma W, Walker MM, Thuresson M, Roelstraete B et coll. : Cancer risk in patients with diverticular disease: a nationwide cohort study. J Natl Cancer Inst. 2022 ; publication avancée en ligne le 6 octobre doi: 10.1093/jnci/djac190.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article