Mettre plus de cœur à l’activité physique si l’on veut un bénéfice cardiovasculaire !

L’inactivité physique constitue un facteur de risque majeur de maladie cardiovasculaire et de mortalité prématurée.

Les recommandations actuelles d’activité physique (AP) sont fondées sur le postulat qu’une intensité vigoureuse (APV, 6 METs, comme la course à pied) pourrait produire deux fois plus de bénéfices pour la santé qu’une AP d’intensité modérée (APM, 3 METs à 5,9 METs, comme la marche rapide). Toutefois, la littérature fournit des résultats parfois divergents. Ainsi, une étude récente a montré que la pratique d’une APV régulière diminue le risque de mortalité toutes causes confondues d’environ 15 % par rapport à une APM (1), tandis qu’une autre n’a trouvé aucun lien (2).

Dans le domaine cardiovasculaire, les travaux se concentrent volontiers sur le risque de mortalité ou alors considèrent seulement l’AP d’intensité modérée à vigoureuse (APMV). Or, il pourrait s’avérer utile, par exemple, de connaître les effets de différentes proportions d’APV et d’APM sur la survenue des maladies coronariennes, de l’insuffisance cardiaque ou des accidents vasculaires cérébraux. Cela permettrait d’élaborer de nouvelles préconisations, plus adaptées au public cible.

En analysant les données d’une cohorte prospective de 366 566 adultes britanniques, une équipe chinoise (université de Wuhan) a tenté d’apporter des éclaircissements sur la question (3).

La proportion d’activité physique vigoureuse devrait être d’au moins 30 %

Les auteurs ont utilisé la base de données biomédicales UK Biobank (https://www.UKbiobank.ac.uk), qui contient des informations génétiques et de santé de 502 505 participants britanniques âgés de 40 à 69 ans, recueillies de 2006 à 2010. Ils ont exclu les femmes enceintes, les patients porteurs d’une maladie cardiovasculaire, ceux qui ne faisaient aucune activité physique ou pour lesquels ces informations étaient indisponibles. Ils ont ainsi conservé 366 566 sujets, âgés en moyenne de 56 ans, dont 46,1 % de femmes, avec un suivi médian de 11,8 ans. Durant cette période, 31 894 accidents cardiovasculaires et 19 823 décès sont survenus.

Comparés aux sujets qui n’en pratiquaient aucune, ceux dont l’APV représentait au moins 30 % par rapport à leur APMV totale ont eu des risques d’événements cardiovasculaires et de mortalité toutes causes confondues réduits de 12 % et 19 % respectivement. Cette proportion de 30 % était d’ailleurs celle pour laquelle les deux risques étaient le plus diminués (p < 0,001). Enfin, par rapport aux sujets dont les niveaux d’APMV étaient les plus bas (APM < 150 min/sem et APV < 75 min/sem), ceux qui effectuaient entre 150 et 300 min/sem d’APM et plus de 150 min/sem d’APV présentaient les risques les plus faibles.

Selon les auteurs, la proportion d’APV à pratiquer pour limiter au maximum le risque d’accident cardiovasculaire et la mortalité chez les personnes au-delà de 40 ans serait de 30 % de l’APMV. En dépit de tout son intérêt, ce travail mérite d’être complété, car l’AP a été évaluée par questionnaire et une seule fois, et les participants à la BioBank ne sont pas forcément représentatifs de l’ensemble de la population britannique.

Dr Patrick Laure

Références
1. Wang Y et coll. : Association of physical activity intensity with mortality: a national cohort study of 403,681 US adults. JAMA Intern Med 2021;181(2):203– 11. doi: 10.1001/jamainternmed.2020.6331.
2. Rey Lopez JP et coll. : Associations of vigorous physical activity with all cause, cardiovascular and cancer mortality among 64,913 adults. BMJ Open 2019;5(1):e000596.
3. Xuanwen Mu et coll. : Associations of physical activity intensity with incident cardiovascular diseases and mortality among 366,566 UK adults. Int J Behav Nutr Phys Act 2022; 19:151. doi: 10.1186/s12966-022-01393-y.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article