Mortalité maternelle en Europe, encore de grands écarts

Malgré son taux historiquement bas dans les pays à hauts revenus, la mortalité maternelle reste un indicateur important de la qualité des soins délivrés autour de la maternité et des systèmes de soin en général. Les comparaisons internationales sont intéressantes en ce qu’elles mettent en lumière les similitudes et les différences, permettant ainsi de déterminer les objectifs prioritaires d’amélioration.

Toutefois, les comparaisons se heurtent souvent à des écueils méthodologiques. Les collectes de données dans les registres nationaux ne sont pas standardisées et l’expérience montre que les écarts observés peuvent être liés à des différences dans la méthode de recueil plus qu’à de réelles différences de mortalité.

Certains pays ont donc récemment mis en place des programmes d’amélioration de leur système de surveillance de la mortalité maternelle, pour standardiser les différentes étapes d’identification, de documentation et de classification des données et ainsi optimiser leur utilisation.

Quatre fois plus au Royaume-Uni qu’au Danemark et en Norvège


Une collaboration internationale de chercheurs et de cliniciens, l’International Network of Obstetric Survey Systems (INOSS), a donc procédé à une nouvelle comparaison de la mortalité maternelle, en utilisant les données de 8 pays européens ayant justement amélioré leur système de surveillance. Les données analysées s’étalent sur 3 ans en France, Italie et Royaume-Uni et 5 ans au Danemark, Finlande, Hollande, Norvège et Slovaquie.

L’analyse montre que la mortalité maternelle, jusqu’à 42 jours après la fin de la grossesse, varie dans ces différents pays selon un facteur 4, allant de 2,7 et 3,4 pour 100 000 naissances vivantes en Norvège et au Danemark, à 9,6 pour 100 000 au Royaume-Uni et 10,9 pour 100 000 en Slovaquie. Elle est de 8 pour 100 000 en France.

L’âge est un facteur important du risque de mortalité. Celui-ci est supérieur pour les femmes les plus jeunes et les plus âgées (risque relatif poolé 2,17 pour les moins de 20 ans, 2,10 pour les 35-39 ans, et 3,95 pour les plus de 40 ans, en comparaison avec les 20-29 ans).
 

Les groupes à haut risque sont les mêmes partout


Il apparaît des similitudes dans tous les pays dans les sous-groupes de femmes à haut risque (les plus âgées, les migrantes ou les femmes issues des minorités ethniques). Dans tous les pays aussi, les pathologies cardiovasculaires et les suicides sont les causes les plus fréquentes de décès maternels. En revanche, l’analyse met en évidence des disparités pour les autres causes importantes de mortalité maternelle.

Ainsi, les accidents thrombo-emboliques veineux sont parmi les causes les plus fréquentes de décès au Royaume-Uni et en Hollande, les pathologies hypertensives le sont en Norvège, les embolies de liquide amniotique en France, les hémorragies en Italie, les accidents vasculaires cérébraux en Slovaquie.

Notons aussi que 3 pays seulement, dont la France, ont mis en place des systèmes de surveillance de la mortalité entre 43 jours et 365 jours après la fin de la grossesse.

Enfin, cette étude montre que dans tous les pays sauf le Danemark, les méthodes de recueil dans les registres nationaux sous-estiment la mortalité maternelle, d’au moins 36 %, confirmant ainsi l’intérêt des processus de surveillance mis en place dans ces 8 pays.

Dr Roseline Péluchon

Références
Diguisto C et coll. : Maternal mortality in eight European countries with enhanced surveillance systems: descriptive population based study.
BMJ2022;379:e070621. doi.org/10.1136/bmj-2022-070621

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article