On peut identifier les patientes à risque d’HTA permanente après des troubles hypertensifs de la grossesse

Le risque d’hypertension artérielle (HTA) permanente est important chez les femmes qui ont des antécédents d’HTA de la grossesse. Giorgione et coll. ont tenté de déterminer s’il était possible de prédire cette éventualité après des troubles tensionnels gravidiques.

Cette étude prospective longitudinale a été menée chez des femmes ayant présenté une HTA lors de leur grossesse ; dans la période du péri-partum, elles ont toutes bénéficié d’une échocardiographie transthoracique ; de plus, pendant au moins 3 mois après l’accouchement, elles ont également bénéficié du dépistage d’une éventuelle HTA permanente (reconnue sur une pression artérielle [PA] ≥ 140/90 mm Hg ou sur la prise d’un traitement antihypertenseur). Au terme d’un suivi moyen de 124 jours (103 à 145 jours), 70 femmes sur 211 (33,2 %) avaient développé une HTA permanente.

Par rapport aux femmes normo-tendues, les femmes souffrant d’une HTA permanente étaient plus âgées (35,5 ± 5,0 ans vs 32,9 ± 5,6 ans ; P = 0,001), elles étaient plus souvent Afro-Caribéennes (27,1 % vs 7,8 % ; P < 0,0001) ; elles avaient un indice de masse corporelle [IMC] plus élevé (33,4 ± 5,9 kg/m² vs 31,2 ± 5,4 kg/m² ; P = 0,006), et une PA moyenne plus haute (106,5 ± 8,4 mm Hg vs 103,3 ± 7,0 mm Hg ; P = 0,004).

De plus, ces femmes qui ont présenté une HTA permanente avaient un indice de masse ventriculaire gauche [VG] plus élevé (84,0 ± 17,9 g/m² vs 76,3 ± 14,8 g/m² ; P = 0,001), une plus grande épaisseur relative de la paroi du VG (0,46 ± 0,10 vs 0,40 ± 0,10 ; P < 0,0001) et une valeur plus basse du strain longitudinal global* (–15,6 % ± 2,7 % vs –16,6 % ± 2,2 % ; P = 0,006).

Un modèle prédictif clinico-échographique


Un modèle prédictif combinant des données cliniques (âge de la mère et PA moyenne lors du premier trimestre de grossesse) et des données échocardiographiques (indice de masse VG  >75 g/m², épaisseur pariétale relative VG  > 0,42, rapport E/e′ > 7) a permis d’identifier avec une remarquable précision (aire sous la courbe 0,85 ; intervalle de confiance 95 % : 0,79 à 0,90) les femmes exposées à développer une HTA permanente.

En conclusion, un dépistage clinique et échocardiographique lors du péri-partum pourrait permettre d’individualiser précocement les femmes qui risquent de développer une HTA permanente ; elles pourraient, de ce fait, bénéficier d’une surveillance accrue de leur PA et de l’administration rapide d’un traitement antihypertenseurs afin de prévenir la survenue d’une maladie CV.

Pour mémoire : * L’imagerie de strain, qui a émergé ces dernières années, permet la quantification de la fonction myocardique et la détection précoce d’anomalies de la contractilité grâce à l’analyse du déplacement myocardique des speckles (marqueurs acoustiques naturels). Le strain longitudinal global normal est compris entre -15 % et -18 %. L’imagerie de strain est plus précise que la mesure de la fraction d’éjection du VG (étalon or, depuis 1970, de l’évaluation de la fonction systolique du VG) qui a 2 inconvénients : sa grande variabilité et son manque de sensibilité pour reconnaître les altérations débutantes de la contractilité myocardique.

Dr Robert Haïat

Références
Giorgione V et coll. : Peripartum Screening for Postpartum Hypertension in Women With Hypertensive Disorders of Pregnancy. J Am Coll Cardiol., 2022 ;80(15):1465-1476.
doi: 10.1016/j.jacc.2022.07.028.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.