On peut prendre des anticoagulants oraux pour FA après une chirurgie bariatrique !

L’anticoagulation des patients qui ont bénéficié d’une chirurgie bariatrique pose des problèmes en raison de l’altération de l’anatomie gastro-intestinale et d’une diminution possible de l’absorption qui peuvent modifier la pharmacocinétique des médicaments. Or, peu d’études ont été consacrées à l’évaluation du pronostic clinique chez ce type de patients.

Hendricks AK et coll. ont donc tenté de comparer l’efficacité et la sécurité du traitement anticoagulant oral chez des patients qui avaient des antécédents de chirurgie bariatrique et chez des patients qui n’en avaient pas.

Pour ce faire, ils ont réalisé, à partir des informations recueillies dans la base de données Optum Labs Data Warehouse, une étude rétrospective dans laquelle étaient inclus les patients âgés ≥ 18 ans qui avaient une fibrillation atriale non liée à une valvulopathie (FA NV) traitée par anticoagulation orale entre 2010 et 2018.

Le devenir des patients a été apprécié en fonction de la présence ou de l’absence d’antécédents de chirurgie bariatrique. De plus, une autre analyse effectuée dans la cohorte de patients qui avaient bénéficié d’une chirurgie bariatrique a comparé la warfarine (anti vitamine K) aux anticoagulants oraux directs (AOD).

Le critère principal d’efficacité est le taux d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’embolie systémique. Le critère principal de sécurité est l’incidence d’un saignement majeur.

Même taux d’AVC et de saignement

L’étude a porté sur 1 673 patients (groupe antécédent de chirurgie bariatrique) et sur 155 619 patients sans antécédent de chirurgie bariatrique.

Il n’a été noté aucune différence significative entre ces 2 groupes de patients quant au taux d’accident vasculaire cérébral ischémique et d’embolie systémique (0,83 vs 1,32 pour 100 personne-années, respectivement en présence vs en l’absence de chirurgie bariatrique ; hazard ratio [HR] 0,62 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 0,31 à 1,22 ; p = 0,17) et quant au taux de saignement majeur (5,30 vs 4,87 pour 100 personne- années, en présence et en l’absence de chirurgie bariatrique HR 1,05 ; IC 95 % : 0,80 à 1,37; p = 0,73).

Dans la cohorte de patients ayant bénéficié d’une chirurgie bariatrique, l’efficacité et la sécurité de la warfarine et des AOD ont été comparables.

Ainsi, les patients qui ont une FA NV et qui ont bénéficié d’une chirurgie bariatrique ne sont pas exposés à un risque accru d’événement thrombotique ou de saignement quand ils sont mis sous anticoagulant oral. Dans cette situation, les AOD peuvent représenter une alternative à la warfarine.

Dr Robert Haïat

Référence
Hendricks AK et coll. : Safety and Efficacy of Oral Anticoagulants for Atrial Fibrillation in Patients After Bariatric Surgery. Am J Cardiol 2020 ; 136 : 76-80.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • On s'en doutait ...

    Le 15 janvier 2021

    Depuis le temps que nous avons des patients opérés du tube digestif, et pas seulement des bariatriques, on sait bien que les médicaments sont absorbés correctement dans l'immense majorité des cas.
    Ceci étant posé, il est toujours bon d'avoir une étude qui valide 1 médicament ET 1 type de chirurgie.

    D'ailleurs l'étude citée mélange-t-elle à parts égales anneau, sleeve et by pass ?

    Le sous groupe By pass est par définition frappé de malnutrition , et donc le plus exposé aux malabsorptions médicamenteuses, et il mériterait à lui seul une étude (plus d'évènements CV dans ce sous groupe, faisant une moyenne avec moins d'évènements dans les autres sous groupes, le tout permettant de donner un résultat neutre vis à vis du groupe témoin).
    Autre biais possible : les anticoagulés non opérés (groupe témoin) sont plus gros que les opérés, et ont donc un facteur de risque cardio vasculaire plus élevé ...
    Bref : des précisions seraient les bienvenues, et une étude complémentaire aussi !

    Dr F Chassaing

Réagir à cet article