Pas d’effet de la vaccination antirotavirus sur le risque de diabète de type 1 ou de maladie cœliaque

La vaccination antirotavirus est à la fois efficace et bien tolérée. Les vaccins disponibles en France ont eu demeurant reçu l’aval de la HAS (haute autorité de santé) qui leur a attribué un service médical rendu important. Dans les pays qui ont atteint une couverture vaccinale > 80 %, les hospitalisations liées aux gastro-entérites aiguës à rotavirus ont diminué de 65 à 84 %. Quant à la sécurité d’emploi, le surrisque d’invagination intestinale aiguë (IIA) est estimé jusqu’à 6 cas pour 100 000 enfants dans les 7 jours qui suivent la vaccination. 

Par ailleurs, les infections à rotavirus pourraient constituer un facteur de risque de survenue d’un diabète de type 1 ou de maladie cœliaque, par le biais de réactions auto-immunitaires spécifiques mais incertaines. Les études épidémiologiques n’ont pas cependant abouti à des résultats concordants, mais certaines d’entre elles ont pu suggérer que la vaccination antirotavirus diminuait le risque de ces deux maladies auto-immunes. Il en résulte une certaine confusion qui méritait un éclaircissement, ce qui a conduit à une revue systématique de la littérature internationale (à partir de PubMed, Embase et Cochrane Library), couplée à une méta-analyse.

Près de six millions d’enfants vaccinés

Sept articles portant sur plus de 5 793 055 enfants ont été inclus dans cette méta-analyse. Il apparaît que la vaccination antirotavirus ne modifie pas le risque de diabéte de type 1 (risque relatif, RR 0,94 ; intervalle de confiance à 95 % IC 95 % : 0,82-1,09) pas plus que celui de maladie cœliaque (RR 0,86 ;IC 95 % : 0,64-1,17). En outre, le risque de diabète de type 1 n'a été ni augmenté ni diminué en cas de vaccination complète (RR 0,86 ; IC 95 % : 0,54-1,36) et il a était de même en cas de schéma vaccinal incomplet (RR 1,05 ; IC à 95 % : 0,87-1,26). Cependant, chez les enfants vaccinés avant l’âge de 5 ans, le risque de diabète de type 1 apparaît légèrement plus faible (versus ≥ 5 ans, soit un RR de 0,93 (IC 95 %, 0,81-1,07).

Cette méta-analyse exhaustive a le mérite de clarifier une situation qui apparaissait confuse à la lueur de quelques études épidémiologiques aux résultats discordants. Il apparaît nettement que la vaccination antirotavirus n’est nullement associée à un risque de diabète de type 1 ou de maladie cœliaque, dans un sens comme dans l’autre. La sécurité d’emploi des vaccins disponibles est donc suffisante pour confirmer le haut niveau du service médical rendu.

Dr Joseph Miller

Références
Zhang X et coll. : Rotavirus vaccination and the risk of type 1 diabetes and celiac disease: A systematic review and meta-analysis. Front Pediatr. 2022 ; 10: 951127. doi: 10.3389/fped.2022.951127.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article