Plus grave encore est le cœur brisé avec atteinte du VD

Le syndrome de tako-tsubo (STT), appelé également syndrome des cœurs brisés ou ballonisation apicale, est une cardiomyopathie consistant en une sidération myocardique qui survient après un stress émotionnel. Cette affection a été initialement décrite au Japon en 1977 lors de séismes. Sa dénomination provient de la forme d’amphore ou de piège à poulpes que prend la silhouette cardiaque. Une augmentation de l'incidence de ce syndrome a été noté lors de l'épidémie de Covid-19, avec une multiplication par 4 en 2020, selon certaines études.

Stress et cœurs brisés

Le mécanisme semble en être une décharge intense et brutale de catécholamines au cours d'un stress intense. Cependant, dans un tiers des cas, le stress causal n'est pas identifié. La concentration en récepteur béta-adrénergique étant importante au niveau de l’apex, cela pourrait rendre compte de la ballonisation préférentielle de cette zone. Il peut arriver que le ventricule droit (VD) soit également atteint. Le pronostic à court et à long terme du STT présentant une atteinte du ventricule droit, reste mal connu.

Une classique prédominance féminine

Cette étude a analysé 839 patients consécutifs atteints d’un STT (758 femmes et 81 hommes) dans un registre multicentrique. L'atteinte du VD était définie comme une anomalie du mouvement de la paroi libre du VD, avec ou sans atteinte apicale. Le suivi médian à long terme a été de 2,1 ans (IQR 0,3 - 4,5 ans). Le critère de jugement principal était la mortalité toutes causes confondues à l'hôpital et hors hôpital. Le critère d'évaluation secondaire était un indice composite de décès à l'hôpital, d'événements thromboemboliques, de chocs cardiogéniques, d'œdèmes pulmonaires ou d'arythmies malignes.

L'incidence de l'atteinte du VD a été de 11 % (n = 93). Les patients présentant une atteinte du VD étaient plus souvent des hommes que ceux sans atteinte du VD (p = 0,02). Il y avait une légère différence dans la fraction d'éjection du ventricule gauche mesurée chez les patients avec atteinte du VD par rapport à ceux présentant un STT ventriculaire gauche isolé (38 ± 10 % vs 40 ± 10 %, p = 0,03). Aucune différence majeure en termes de comorbidités n'a été observée entre les groupes, sauf en ce qui concerne les antécédents de cancer qui étaient significativement plus fréquents chez les patients atteints de STT présentant une atteinte du VD (p = 0,03).

Le stress physique serait une source d’atteinte du VD et de mortalité

Les facteurs de stress physiques étaient plus fréquents dans le groupe avec atteinte du VD (p < 0,01), tandis que les facteurs de stress émotionnels étaient moins fréquents (p < 0,01) chez ces mêmes patients.

En cas d’atteinte du VD l’incidence de choc cardiogénique à l'hôpital a été plus élevée (p = 0,02). La mortalité toutes causes confondues à l'intérieur et à l'extérieur de l'hôpital a touché 12,8 % des patients sans atteinte du VD, contre 29 % chez ceux avec atteinte du VD. Alors que le taux de mortalité intra-hospitalière était similaire dans les deux groupes, un taux de mortalité extra-hospitalière toutes causes confondues plus élevé (test du logarithme, p = 0,008) a été observé dans le groupe avec atteinte du VD. L'analyse de régression multivariable de Cox a révélé que les déclencheurs physiques étaient des prédicteurs indépendants de l'atteinte du VD.

Lors du syndrome de tako-tsubo, l'atteinte du VD définit donc une cohorte de patients à plus hauts risques.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
El-Battrawy I et coll. : Incidence and Clinical Impact of Right Ventricular Involvement (Biventricular ballooning) in Takotsubo syndrome: Results from the GEIST Registry. Chest, 2021 ; publication avancé en ligne le 27 mai. doi: 10.1016/j.chest.2021.04.072.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article