Post-œsophagectomie : poursuivre la nutrition entérale à domicile améliore le statut nutritionnel

Maintenir un statut nutritionnel correct est essentiel au cours de l’évolution du cancer œsophagien. La dysphagie, symptôme le plus fréquent de ce type de cancer, est souvent à l’origine d’une dénutrition pré-opératoire. Le stress post-chirurgical et les troubles de la digestion et de l’absorption secondaires à la reconstruction du tractus digestif, sont ensuite des facteurs aggravants, et plus de la moitié des patients sont dénutris après une œsophagectomie. La nutrition entérale, souvent mise en place avant l’intervention et maintenue pendant l’hospitalisation, améliore le statut nutritionnel et la survie.

Certains patients choisissent de conserver leur nutrition entérale à domicile, après leur retour d’hospitalisation. Pour évaluer l’intérêt de ce maintien, une équipe Chinoise a réalisé une méta-analyse de 9 essais randomisés comparant ce mode d’alimentation à l’alimentation orale, après œsophagectomie suite à un cancer œsophagien. Au total 757 patients ont été inclus, et suivis pendant 1 à 6 mois après l’intervention.

Les indicateurs nutritionnels et la qualité de vie améliorés

L’analyse montre que le statut nutritionnel des patients maintenus sous alimentation entérale s’améliore plus vite que ceux qui sont passés à l’alimentation orale. Les indicateurs suivants sont supérieurs dans le premier groupe : poids, indice de masse corporelle, taux d’hémoglobine, albumine et protides totaux. Les effets indésirables digestifs ne sont pas différents dans les deux groupes, alors que les nausées, vomissements et la fatigue sont moins fréquents avec l’alimentation entérale. La perte d’appétit, les diarrhées, les troubles du sommeil, sont aussi significativement moins fréquents dans ce groupe, tandis que les questionnaires de qualité de vie obtiennent des scores supérieurs.

Après la reconstruction du tractus digestif, 3 et 9 mois sont nécessaires pour que les patients se familiarisent avec leur nouvelle alimentation. Un an après l’intervention, certains patients présentent encore des reflux gastro-œsophagiens, des vomissements ou une perte d’appétit. 

Améliorer ces symptômes et le statut nutritionnel des patients est essentiel, particulièrement quand le protocole de soins prévoit un traitement adjuvant.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Liu L. et coll. : Home enteral nutrition after esophagectomy for esophageal cancer - A systematic review and meta-analysis. Medicine 2020;99:36(e21988).

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article