Pour la transplantation cardiaque, on demande l’âge du donneur et de quoi il est mort

Dans le contexte actuel de la transplantation cardiaque, on n’avait jamais envisagé que la cause immédiate de la mort cérébrale du donneur puisse constituer un facteur de risque pour le receveur.

Mikami et coll. se sont appliqués à déterminer l’effet potentiel de la cause du décès cérébral du donneur sur le devenir du cœur transplanté et sur celui de son bénéficiaire.

L’étude a été menée à partir des données du registre des transplantations des Etats-Unis (United Network for Organ Sharing registry) ; on a ainsi d’abord identifié les patients qui avaient reçu une allogreffe cardiaque entre 2005 et 2018 ; ensuite, l’étude a comparé la mortalité à long terme et le taux de défaillances du greffon, selon que la mort cérébrale du donneur était la conséquence d’un accident vasculaire cérébral (AVC ; n= 3 761) ou d’une cause autre que l’AVC (n= 14 677).

Il a été trouvé une interaction significative entre la cause de la mort cérébrale et l’âge du donneur (p pour l’interaction = 0,008).

Moins bon pronostic avec des donneurs de moins de 40 ans décédés d’un AVC

Lorsque l’allogreffe cardiaque provenait de donneurs âgés ≤ 40 ans, décédés d’un AVC, il était observé, à 5 ans, une augmentation significative du risque de décès du receveur (23 % vs 19 % ; hazard ratio [HR] 1,17 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 1,02 à 1,35) et de défaillance du greffon (HR 1,30 ; IC 95 % : 1,04 à 1,63).

Lorsque l’allogreffe cardiaque provenait de donneurs âgés > 40 ans, la cause du décès cérébral n’avait pas d’influence sur le pronostic.

En conclusion, lorsqu’un AVC est responsable de la mort cérébrale du donneur, son impact sur la survie du patient et sur la longévité du greffon diffère significativement selon l’âge du donneur. C’est ainsi que, lorsque les donneurs ont moins de 40 ans, l’AVC responsable de la mort cérébrale est associé à une mortalité accrue du receveur et à davantage de défaillances du greffon que ne le sont les autres causes de mort cérébrale. La puissance de cette association diminue avec l’augmentation de l’âge du donneur de sorte que l’accroissement  du risque n’est plus observé chez les donneurs âgés ≥ 40 ans.

Dr Robert Haïat

Référence
Mikami T et coll. : Association of Donor Brain Death Due to Stroke With Prognosis After Heart Transplantation. J Am Coll Cardiol., 2022 ; 79 : 1063-1072.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article