Pour les patients dialysés ou greffés rénaux, le déclin des anticorps est rapide après vaccination anti-Covid-19 !

Les insuffisants rénaux en dialyse et les transplantés rénaux sont particulièrement à risque de Covid-19, avec un taux de mortalité supérieur à celui de la population générale.

Avec les vaccins à ARNm, les personnes en dialyse obtiennent un taux de séroconversion proche de celui de la population générale. En revanche, ce dernier varie entre 30 % et 50 % pour les personnes ayant reçu une greffe de rein et sous traitement immunosuppresseur.

Dans les deux cas, l’évolution de l’immunité dans les mois suivant la vaccination est un point essentiel pour la protection de ces patients contre la Covid-19.

Le Lancet publie les résultats d’une étude observationnelle, menée pendant 6 mois, rapportant l’évolution des taux d’immunité cellulaire spécifique et/ou humorale après 2 doses de vaccin à ARNm. Au total 1 205 personnes ont participé à l’étude, parmi lesquelles 125 professionnels de santé (groupe témoin), 970 patients dialysés et 110 patients transplantés rénaux, séroconvertis 8 semaines après la vaccination (positivité de novo de type IgA ou IgG au test ELISA).

Nécessité de prévoir des rappels à intervalles réguliers

Six mois après les deux injections de vaccin, les anticorps anti-S1 (anti-Spike1) IgG ou IgA restent positifs chez 98 % des personnes du groupe témoin, 91 % des sujets en dialyse et 87 % des transplantés rénaux. Le taux de positivité des IgG est prédominant, de 98 %, 89 % et 84 %.

En revanche, seuls 77 % des témoins, 57 % des dialysés et 59 % des transplantés ont encore une positivité pour les IgA anti-S1 à 6 mois. Quant aux anticorps en IgG dirigés contre le domaine de liaison (IgG anti-RBD), ils sont positifs chez 98 % des professionnels de santé, 68 % des dialysés et 57 % des transplantés.

Comparés aux sujets témoins, les patients dialysés et transplantés rénaux ont un risque de réduction des taux de leurs anticorps entre 2 et 6 mois suivant la vaccination. En effet, 41 % des témoins présentent une diminution de 20 % ou plus des taux d’IgG anti-S1, mais c’est le cas chez 68 % des dialysés et 57 % des transplantés.

Concernant la baisse des titres d’IgG anti-RBD, elle est retrouvée chez 24 % des témoins, 68 % des dialysés et 55 % des greffés. Ce déclin des taux d’anticorps chez les patients transplantés est couplé à un retard de la réponse immunitaire chez 16 % des patients (positivité de novo apparaissant entre 2 et 6 mois après la vaccination).

Ces données soulignent la nécessité de suivre avec attention l’évolution des taux d’anticorps chez ces patients.

Actuellement, le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) recommande une primo-vaccination à 3 doses, suivie de 2 rappels à 3 mois d’intervalle, puis de rappels supplémentaires tous les 6 mois. Certains peuvent désormais avoir aussi accès à la prophylaxie par anticorps monoclonaux.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Stumpf J et coll. : Risk of strong antibody decline in dialysis and transplant patients after SARS-CoV-2mRNA vaccination : Six months data from the observational Dia-Vacc study. Lancet Reg Health Eur. 2022 Apr 11;17:100371.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article