Prééclampsie, quel risque cardiovasculaire pour l’enfant ?

Les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont deux causes majeures de mortalité à travers le monde. Leur incidence est stable ou en augmentation chez les moins de 50 ans. A côté des facteurs de risque cardiovasculaires bien documentés, il pourrait exister d’autres facteurs à l’origine de ces pathologies. La prééclampsie est une complication obstétricale d’origine placentaire qui affecte 3 à 5 % des grossesses. Son association avec le risque cardiovasculaire de la descendance est mal connue.

Les prééclampsies précoces et celles de survenue plus tardive en cours de grossesse seraient deux entités distinctes, associées à des risques différents. De plus, la prééclampsie est souvent associée à une prématurité et à un petit poids de naissance par rapport à l’âge gestationnel, complications en elles-mêmes à risque de coronaropathie et d’AVC ultérieurs chez les enfants même si on ignore si ces associations sont le fait de facteurs familiaux partagés.

Fen Yang et coll. ont analysé (1) l’association entre prééclampsie et risque de cardiopathie ischémique et d’AVC ultérieurs chez l’enfant, (2) sa variation en fonction de la survenue précoce ou tardive et de la sévérité, (3) l’impact d’une naissance avant terme ou d’un petit poids de naissance. Pour cela ils ont étudié les cohortes d’enfants (grossesses uniques) issues des registres nationaux de naissance du Danemark (1973-2016), de Suède (1973-2014) et de Finlande (1987-2014).

La survenue d’une éclampsie et son caractère précoce (avant la 34e semaine de gestation) ou plus tardif et des informations sur l’enfant et sur la mère ont été recueillies. Afin de préciser les associations, un modèle de régression Cox à hasard proportionnel et un modèle flexible à survie paramétrique ont été utilisés. Enfin, la fratrie a également été étudiée afin de contrôler des facteurs familiaux non mesurés.

Augmentation des événements cardiovasculaires chez certains enfants

La cohorte d’étude a inclus 8 475 819 naissances parmi lesquelles 51,3 % de garçons. Au total, 188 670 enfants (2,2 %) ont été exposés à une prééclampsie maternelle, 0,5 % à une hypertension artérielle (HTA) chronique pré existante chez la mère et 1,2 % à une HTA gravidique. Les éclampsies sévères étaient plus souvent précoces (33,3 % des cas) et associées à un petit poids de naissance (41,0 %) que les formes moins graves (respectivement 13,3 % et 19,4 %).

Pendant un suivi moyen de la descendance de 19,3 (9,0-28,1) ans, la prévalence des coronaropathies et des AVC précoces a été de 0,1 %. Le risque de coronaropathie dans la descendance de femmes ayant souffert d’éclampsie était augmenté, l’aHR (Hazard Ratio ajusté) s’établissant à 1,33 (intervalle de confiance à 95 % IC : 1,12-1,58), de même pour celles porteuses d’une HTA chronique préexistante (aHR 1,72 [IC : 1,02-2,92]) et d’une HTA gestationnelle (aHR 1,44 [IC : 1,12-1,84]) comparativement aux enfants nés de femmes normo tendues durant toute la grossesse. Le risque d’accident coronarien chez l’enfant a été d’autant plus grand que l’éclampsie avait été précoce ou associée à un petit poids de naissance.

Risque plus net en cas d’éclampsie sévère, petit poids de naissance et prématurité

De façon identique, le risque d’AVC chez l’enfant a été plus élevé en cas d’éclampsie maternelle : aHR global 1,34 [IC : 1,17-1,52]) ; aHR 1,23 (IC : 1,01-1,50) pour les hémorragies intracérébrales, aHR 1,44 (IC : 1,21-1,72) pour les AVC ischémiques. Le risque a été d’autant plus grand que l’éclampsie avait été sévère et/ou associée à un petit poids de naissance et à une prématurité. Il était surtout présent dans la petite enfance.

En présence de ces 3 facteurs (éclampsie sévère, petit poids de naissance, prématurité) le risque de coronaropathie chez l’enfant était de 89 % plus élevé et celui d’AVC de 198 % que les enfants sans facteur de risque. Ces associations n’étaient pas affectées par le pays de naissance, le sexe, les anomalies congénitales chez l’enfant, ni par l’indice de masse corporelle ou le statut tabagique de la mère.

Ainsi, cette étude de cohorte confirme qu’une prééclampsie maternelle ou d’autres troubles hypertensifs durant la grossesse sont associées à un risque plus élevé de maladie coronarienne ou d’AVC dans la descendance, notamment en cas de forme précoce, sévère ou couplée à un retard de croissance. L’association est même de type dose-réponse, plus étroite en cas d’éclampsie importante. Deux explications physiopathologiques peuvent rendre compte de cette association.

La première réside dans un environnement familial et des facteurs génétiques communs. La seconde serait le fait d’une programmation d’un développement délétère : insuffisance placentaire, dysfonction endothéliale, hypoxie, accroissement des facteurs angiogéniques, stress oxydatif et inflammation, toutes causes d’altérations des structures vasculaires et d’athéromatose précoce.

Toutefois, plusieurs réserves sont à prendre en compte. Le risque de coronaropathie et d’AVC n’a été étudié que durant l’enfance et non à l’âge d’adulte jeune ou plus tardivement. Il a pu se produire des erreurs de classification. Malgré l’analyse de la fratrie des facteurs confondants non mesurés ont pu subsister. La puissance statistique de certaines analyses a été limitée. Enfin, ce travail n’a porté que sur les naissances uniques, dans des pays scandinaves, rendant toute généralisation hasardeuse.

En résumé, la prééclampsie maternelle est associée à un risque accru de coronaropathies et d’AVC dans la descendance, jusqu’à l’âge de jeune adulte. Le risque a été d’autant plus net que l’éclampsie a été sévère. Des études ultérieures devront confirmer ces premiers résultats. Des mesures préventives devraient alors être initiées afin de limiter le risque dans la descendance.

Dr Pierre Margent

Référence
Yang F, Janszky I, Gissler M, et al. Association of Maternal Preeclampsia With Offspring Risks of Ischemic Heart Disease and Stroke in Nordic Countries. JAMA Netw Open. 2022 Nov 1;5(11):e2242064. doi: 10.1001/jamanetworkopen.2022.42064. PMID: 36378310; PMCID: PMC9667328.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article