Prendre en charge la vulnérabilité des personnes autistes

Réalisée à l’Université de Cambridge (Royaume-Uni) avec notamment la participation de Simon Baron-Cohen (chercheur réputé sur l’autisme), une étude est consacrée aux « expériences de vulnérabilité » et de satisfaction (ou d’insatisfaction) dans l’existence éprouvées par les personnes autistes.

Rappelant que la « vulnérabilité à des expériences de vie négatives » (par exemple lors d’épisodes de victimisation ou de chômage) peut s’accompagner de certaines comorbidités psychiatriques très fréquentes chez les adultes autistes  (comme des troubles anxieux ou dépressifs), les auteurs ont développé un outil, le VEQ (Vulnerability Experiences Quotient) pour préciser ce niveau de vulnérabilité à travers 60 items répartis dans 10 domaines.  

Utilisant cet outil auprès de 426 adultes autistes et de 268 sujets-contrôles (normotypiques), les chercheurs ont comparé dans les deux groupes les probabilités d’être confronté à chaque événement de l’outil VEQ, en recourant à un modèle de régression logistique binaire  et ont analysé les liens éventuels entre le score total au VEQ, l’autisme, la satisfaction dans l’existence, et un contexte anxieux ou dépressif.

Beaucoup plus d’expériences « négatives » en cas d’autisme

Ces deux groupes ont des niveaux de scolarité semblables et la majorité (97 %) des participants autistes ne présentent pas de déficience intellectuelle (ce qui introduit un biais, comparativement à la population autiste en général où la proportion de la déficience intellectuelle est estimée plutôt à 55 %, mais ce biais s’explique par les contraintes d’une enquête en ligne pour laquelle la compréhension des consignes exige une bonne efficience intellectuelle). Les auteurs constatent que les participants autistes ont des scores de vulnérabilité plus élevés que les adultes non autistes pour la majorité des événements du VEQ. Ils disent aussi présenter davantage de symptômes d’anxiété et de dépression et une plus faible satisfaction dans la vie.

Ces différences sont « associées en partie au score total au VEQ » et cette recherche permet de mettre en évidence chez les adultes autistes des facteurs de vulnérabilité importants, mais parfois peu étudiés, comme la violence domestique, le contact avec les services sociaux (en tant que parents), et les difficultés financières. Confirmant la sensibilité accrue des adultes autistes aux divers « aléas négatifs » de l’existence (en particulier les difficultés professionnelles et les problèmes économiques ), cette étude souligne le besoin de réduire cette vulnérabilité en améliorant la prise en charge  des sujets concernés : soutien psychologique, protection sociale...

Dr Alain Cohen

Référence
Griffiths S et coll.: The Vulnerability Experiences Quotient (VEQ): A study of vulnerability, mental health and life satisfaction in autistic adults. Autism Research, 2019 ; 12 : 1516–1528.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article