Risque d’insuffisance cardiaque accru avec une séropositivité à VIH

Les infections par le VIH sont associées à une augmentation du risque de maladie cardiovasculaire, même chez les patients relativement jeunes. La maladie coronarienne occupe une place de choix parmi les localisations de cette dernière et les traitements antirétroviraux contribuent à sa pathogénie, surtout en cas de profil de risque cardiovasculaire défavorable. Mais quel est le risque d’insuffisance cardiaque au stade de la séropositivité ?

La HIV HEART Study est une étude de cohorte rétrospective du type cas-témoins dans laquelle ont été inclus des sujets séropositifs (SSP) entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2016. Ils ont été appariés à des témoins non séropositifs, à raison de dix témoins pour un cas.

L’appariement a été réalisé selon l’année de l’inclusion, l’âge, le sexe, la race/ethnie et l'établissement d’origine. Le risque d’insuffisance cardiaque ou de dysfonctionnement systolique du ventricule  gauche a été estimé au moyen du modèle des risques proportionnels de Cox. 

Au total, 38 868 personnes infectées par le VIH ont été comparés à 386 586 témoins. Au sein de ces deux cohortes réunies (comptant 12,3 % de femmes), l’âge moyen était estimé à 41,4 ± 10,8 ans. Sur le plan racial/ethnique, ont été dénombrés 21,1 % de Noirs, 20,5 % d'Hispaniques et 3,9 % d'Asiatiques/Insulaires résidant dans le Pacifique.

Au terme d'un suivi médian de 3,8 ans (écart  interquartile, 1,4-9,0 ans), le taux d’incidence (pour 100 sujets-années)  de l’insuffisance cardiaque a été estimée  à 0,23 chez les SSP contre 0,15 chez les témoins (p<0,001).

Des déterminants difficiles à préciser

De fait, la séropositivité a été associée à un risque plus élevé d’insuffisance cardiaque, le hazard ratio ajusté (HRa) étant calculé à 1,73 (intervalle de confiance [IC] à 95 %, 1,57 à 1,91). Cette association n’a été que faiblement atténuée par la prise en compte des syndromes coronariens aigus. Des résultats similaires ont été obtenus en se référant aux valeurs de la fraction d’éjection du ventricule gauche.

Le risque ajusté d’insuffisance cardiaque en cas de séropositivité était plus élevé dans les cas suivants : (1) âge < ou = 40 ans : HRa =2,45 ; intervalle de confiance à 95 % IC 95 %, 1,92-3,03) ; (2) sexe féminin : HRa = 2,48 ; IC 95 %, 1,90-3,26) ; (3) Asiatiques/Insulaires résidant dans le Pacifique (HRa = 2,46 ; IC 95 %, 1,27-4,74).

Ainsi, selon cette étude rétrospective il existe une association significative entre l’infection par le VIH et le risque d’insuffisance cardiaque. Cette association dépend étroitement de certaines caractéristiques démographiques et il semble que la maladie athéromateuse n’en soit pas la principale cause.

Le rôle des traitements préventifs ou cardioprotecteurs n’apparaît pas clairement, de sorte que d’autres études s’imposent pour mieux cerner les déterminants de l’insuffisance cardiaque dans ce contexte.

Dr Catherine Watkins

Référence
Go AS et coll. : Human Immunodeficiency Virus Infection and Variation in Heart Failure Risk by Age, Sex, and Ethnicity: The HIV HEART Study. Mayo Clin Proc. 2022 ;97(3):465-479. doi: 10.1016/j.mayocp.2021.10.004.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article