Statines en prévention primaire chez les personnes très âgées : en cas de diabète seulement

Chez les personnes âgées de 75 ans et plus, l’intérêt des statines est actuellement bien établi en prévention secondaire. Des incertitudes pèsent toutefois sur les avantages de ce traitement en prévention primaire dans cette classe d’âge, y compris en cas de diabète. On assiste pourtant à une augmentation de ces prescriptions depuis plusieurs années, d’autant que les recommandations les plus diffusées pour guider les prescriptions classent les patients de plus de 75 ans comme éligibles à un traitement par statine, du fait que l’estimation du risque cardio-vasculaire est très fortement dépendante de l’âge. Pour ces personnes, souvent fragiles et polymédicamentées, le risque d’effets indésirables et d’interactions est lui aussi élevé, et rarement pris en compte dans les travaux. C’est ce qui fait l’intérêt d’une étude rétrospective réalisée en Espagne, à partir des données de près de 470 000 personnes âgées de 75 ans ou plus, sans pathologie cardio-vasculaire connue. Les participants étaient « stratifiés » selon qu’ils présentaient ou non un diabète de type 2 et qu’ils recevaient ou non une statine.

Les résultats ne montrent pas de lien entre la prise de statine et une réduction du risque cardio-vasculaire ou de la mortalité toutes causes en l’absence de diabète, bien que le risque de pathologie cardio-vasculaire soit pour tous ces patients supérieur au seuil établi pour un traitement préventif. En revanche, pour les patients diabétiques âgés de 75 à 84 ans, les statines réduisent de 24 % le risque de pathologie cardio-vasculaire et de 16 % la mortalité toutes causes. Cet effet est toutefois très réduit après 85 ans et disparaît totalement chez les nonagénaires.
 
Ces résultats ne vont pas dans le sens d’une prescription généralisée de statines chez les personnes très âgées mais ils confirment leur intérêt chez les diabétiques de moins de 85 ans.
 

Dr Roseline Péluchon

Références
Ramos R et coll. : Statins for primary prevention of cardiovascular events and mortality in old and very old adults with and without type 2 diabetes: retrospective cohort study
BMJ 2018 ; 362 : k3359.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Delire

    Le 15 septembre 2018

    Qui a fait cette etude et financée par qui?
    Delire d'utilisation de ce produit. Lobby ?

    Dr Jean-Claude Plessier

  • Le lobbying marche bien

    Le 18 septembre 2018

    Même remarque que le Dr Plessier. Comme d'habitude aucune référence à l'augmentation des CPK et à l'observance thérapeutique. Le lobbying marche bien...

    Dr Jean Pierre Huber

  • Quel rapport avec le lobbying ?

    Le 21 septembre 2018

    Je ne comprends pas les remarques des Dr Plessier et Huber.
    Une étude conclue au manque d'efficacité des statines pour la majorité des patients de la population étudiée, et on crie au complot, au lobbying.
    Quel lobby veut réduire l'usage des statines? Il y a quelque chose qui m'échappe...
    Réaction épidermique?

    Dr Christophe Labbé

Réagir à cet article