Traitement antihypertenseur : le manque d’adhésion favoriserait les chutes !

Les bénéfices des antihypertenseurs sur le risque d’infarctus myocardique et d’accident vasculaire cérébral ont été largement démontrés. Chez les personnes âgées, ces bénéfices sont toutefois nuancés par le risque de chutes graves associé à ces traitements. Il semble que ce risque varie selon la durée du traitement mais qu’il est supérieur dans les jours qui suivent son initiation. Les raisons de ces chutes ne sont pas précisément connues, mais elles pourraient être en lien avec une hypotension orthostatique.

D’un autre côté, il a été montré que l’observance des traitements antihypertenseurs n’est pas toujours parfaite. Certains patients interrompent et reprennent leur traitement de façon itérative et il a été prouvé qu’ils ont alors le même risque de chute que lors de l’initiation des traitements.
Une équipe irlandaise a réalisé une étude de cohorte dont l’objectif était d’évaluer l’association entre l’observance et les chutes graves chez les patients à partir de 65 ans et sous traitement depuis au moins 1 an.

18 % de chutes en plus pour 5 jours de retard de renouvellement d’ordonnance

L’observance au traitement était évaluée par les données du pharmacien, révélant le nombre de retards d’au moins 5 jours entre deux renouvellements d’ordonnance. Les données de 1 230 personnes, de 65 ans ou plus, ont été analysées pendant 12 mois, les patients étant également interrogés par téléphone.

Pendant cette période, 8,1 % des participants ont été victimes d’une chute nécessitant une intervention médicale. Une augmentation de 18 % du risque de chute grave est constatée pour chaque retard de 5 jours entre deux renouvellements d’ordonnance. Cela équivaut à 11 chutes graves supplémentaires pour 1 000 patients ayant un retard de 5 jours, par rapport aux patients ne faisant jamais d’interruption. Ces données restent significatives après ajustement pour de nombreux facteurs de risque de chute (âge, genre, comorbidités, autres traitements à risque de chutes). Notons avec intérêt que, dans ces données recueillies dans la « vraie vie », ce retard de 5 jours est relevé au moins 1 fois pour 2 patients sur 3.

Bien que d’autres travaux soient nécessaires pour affirmer qu’une meilleure observance réduirait le risque de chutes, les auteurs estiment qu’il est d’ores et déjà possible d’informer les patients de l’importance de ne pas interrompre leur traitement.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Dillon P. et coll. : Association between gaps in antihypertensive medication adherence and injurious falls in older community dwelling adults: a prospective cohort study. BMJ Open 2019;9:e022927.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article