Un bon indicateur de la puberté, c’est le pied !

La croissance rapide du pied à la puberté est bien connue des parents, qui doivent acheter de façon rapprochée des chaussures de plus en plus grandes et de plus en plus chères à leur progéniture. Elle a été récemment étudiée par des médecins australiens, qui en font un indicateur anthropométrique du début de la puberté.

Cent quatre vingt-cinq garçons et 142 filles d’une cohorte d’enfants vivant dans leur famille, dans une zone rurale d’Australie, ont eu, de 11 à 14 ans, un bilan annuel comprenant des mensurations (taille, poids, longueur du pied), une auto-évaluation du développement des testicules et du pénis pour les garçons et des seins pour les filles (stades de Tanner), une question sur le ménarche pour les filles, et un dosage sanguin matinal de testostérone et d’estradiol (en phase folliculaire pour les filles réglées). La longueur du pied a été mesurée sur la face plantaire du pied droit, du talon à l’extrémité de la 2e phalange du gros orteil, avec un pédimètre précis au millimètre près.

A 11 ans, 43 % des garçons et 13 % avaient des taux prépubères de testostérone (< 0,14 μg/l ou 0,5 nmol/l) et 13 % des filles des taux prépubères d’estradiol (< 10 pg/ml ou 40 pmol/l).

Croissance rapide de la taille du pied au début de la puberté

A cet âge, le pied des garçons mesurait 23,8 ± 1,7 cm de long et celui des filles 23,1 ± 1,4 cm de long. Son allongement relatif a été plus important chez les enfants qui avaient des taux prépubères de stéroïdes sexuels que chez ceux qui avaient des taux pubères (en 3 ans, respectivement, + 12,5 % vs + 8,8 % chez les garçons, et + 8,4 % vs + 5,0 % chez les filles ; p < 0,001 pour les 2 comparaisons). La vitesse d’allongement annuelle moyenne a été de 4,2 % chez les garçons prépubères vs 2,9 % chez les garçons pubères (P < 0,001), et de 2,7 % chez les filles prépubères vs 1,5 % chez les filles pubères (p < 0,001). Chez les filles la vitesse d’allongement du pied était aussi plus importante quand elles n’avaient pas eu de règles à 11 ans.

Dans les deux sexes l’allongement du pied est corrélé à la croissance de la taille et du poids et à la progression du stade de Tanner auto-évalué. A un allongement de 1 cm du pied correspond une augmentation de la taille de 6,7 cm chez les garçons (Intervalle de Confiance de 95 % [IC 95%] : 6,5-6,9) et de 5,8 cm chez les filles (IC 95% : 5,3-6,2) et une prise de poids de 6,2 kg chez les garçons (IC 95% : 5,9-6,5) et de 6,6 kg chez les filles (IC 95% : 5,9-7,4).

Les taux de testostérone et d’estradiol moyens des garçons et des filles ont aussi augmenté d’année en année durant la période de suivi. Ils sont corrélés à la longueur du pied et au stade de Tanner auto-évalué chez les garçons et les filles non réglées à 11 ans (p < 0,05 pour les pentes des droites de régression), mais pas chez les filles déjà réglées à 11 ans.

S’équiper d’un pédimètre

Au total, cette étude longitudinale établit que l’allongement relatif du pied est plus important chez les enfants ayant des stéroïdes sexuels à des taux prépubères à 11 ans, et que cet allongement est fortement associé aux taux de ces hormones chez les garçons et les filles non réglées.

Ces résultats, rapprochés de la croissance staturo-pondérale et de la maturation sexuelle, appréciée par les stades de Tanner, suggèrent que l’augmentation de la vitesse d’allongement du pied est un bon indicateur du début de la puberté. Toutefois, un suivi de 11 ans à 14 ans est insuffisant pour affirmer qu’elle précède le début de la poussée de croissance chez les garçons.

Les stades de Tanner sont la référence pour apprécier la maturation sexuelle à la puberté, mais leur détermination nécessite l’examen d’un enfant déshabillé, par un médecin compétent. Les auteurs considèrent que la mesure de la longueur du pied avec un pédimètre - un appareil peu coûteux - permet de reconnaître simplement et précisément le passage du stade 1 de Tanner (prépubère) au stade 2 de Tanner. Si on les suit, il faut s’équiper d’un pédimètre et inclure la longueur du pied dans les mensurations à partir de 8-9 ans.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Balzer BWR et coll. : Foot length growth as a novel marker of early puberty. Clin Pediatr., 2019 ; 58 : 1429-1435.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article