Un nouveau souffle avec l’interféron bêta-1a en inhalation dans la Covid-19 ?

Les interférons sont des cytokines qui modulent la réponse immunitaire face aux infections virales les plus diverses. Ceux dits de type I (interféron-α et interféron-β) ont été testés in vitro et ont donné des résultats encourageants en cas d’infection par les coronavirus. Par ailleurs, chez les patients atteints de la Covid-19, les réponses antivirales reposant sur l’interféron-β seraient altérées, notamment en cas de maladie respiratoire chronique ou d’âge avancé. Enfin, l’infection par le SARS-CoV-2 réduit voire supprime  la production cellulaire d’interféron. Autant d’arguments incitant à utiliser ces molécules pour améliorer les réponses antivirales et améliorer la fonction pulmonaire : c’est ainsi que l’inhalation d’interféron bêta-1a a pu donner des résultats encourageants au cours de l’asthme et d’infections respiratoires virales.

Essai sur une centaine de patients avec une forme sévère

C’est dans ce contexte que s’inscrit un essai randomisé pilote de phase 2, mené à double insu contre placebo entre le 30 mars et le 30 mai 2020, dans lequel ont été inclus 101 patients hospitalisés pour une Covid-19 confirmée par RT-PCR. Le recrutement s’est fait au sein de neuf centres britanniques.

Deux groupes ont été constitués par tirage au sort et traités pendant 14 jours : (1) interféron bêta-1a SNG001 administré par inhalation sous forme nébulisée (n = 50) ; (2) placebo (n = 51). Le critère de jugement principal reposait sur l’évaluation de l’état clinique et de son amélioration éventuelle au moyen de l’échelle ordinale de l’OMS dite OSCI (Ordinal Scale for Clinical Improvement) qui comporte neuf niveaux échelonnés de 0 (absence d’infection) à 8 (décès). L’évaluation a été faite pendant la période au cours de laquelle le médicament a été testé.

L’analyse des données a porté sur tous les patients qui ont reçu au moins une dose du médicament testé, autrement dit dans l’intention de traiter, soit sur 48 patients du groupe traité et 50 du groupe placebo. A l’état basal, 66 participants bénéficiaient d’une oxygénothérapie en raison d’une désaturation significative du sang artériel en O2, dont 29 dans le groupe placebo et 37 dans le groupe SNG001. Aucun des participants n’était sous ventilation mécanique.

Un bénéfice modeste

Il a plus souvent été constaté une amélioration significative de l’état clinique au 15e ou 16e jour dans le groupe traité, l’odds ratio (OR) correspondant étant estimé à 2,32 (intervalle de confiance à 95 % IC95% 1,07-5,04 ; p=0,033). Il en était de même pour un retour à un fonctionnement physique presque normale (score 1 sur l’OSCI), l’OR étant alors de 2,19.

Le SNG001 a été globalement bien toléré. L’évènement indésirable le plus fréquemment observé a consisté en des céphalées : 15 % dans le groupe traité versus 10 % dans le groupe placebo. Trois décès ont été déplorés dans ce dernier, contre un seul dans le groupe SNG001.

Cet essai randomisé pilote qui porte sur un effectif restreint plaide en faveur d’une efficacité modeste de l’interféron bêta-1a nébulisé et inhalé chez les patients atteints d’une forme sévère de la Covid-19 attestée par une hypoxémie justifiant une oxygénothérapie dans près de 70 % des cas. C’est la preuve du concept qui est ainsi apportée, rien de plus.

L’amélioration de l’état fonctionnel a été plus de deux fois plus fréquente dans le groupe traité, ce qui est largement insuffisant pour chanter victoire, mais peut conduire à envisager des essais randomisés de plus grande envergure. Le profil des patients à inclure reste à préciser, mais il semble que ce traitement soit plutôt destiné aux formes sévères à leur début qu’à celles justiciables d’un traitement invasif.

Dr Philippe Tellier

Référence
Monk PD et coll. : Safety and efficacy of inhaled nebulised interferon beta-1a (SNG001) for treatment of SARS-CoV-2 infection: a randomised, double-blind, placebo-controlled, phase 2 trial. Lancet Respir Med. 2020;S2213-2600(20)30511-7. doi: 10.1016/S2213-2600(20)30511-7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article