Une analyse sur 24 mille personnes confirme l’impact cardiovasculaire du SAOS sévère

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) concerne 24 % des hommes d’âge moyen aux États-Unis, et 9 % des femmes. Environ 20 % de ces personnes présentent des épisodes de somnolence diurne. Le SAOS a été associé à un risque augmenté de glaucome, de néphropathie diabétique et de syndrome métabolique. Le risque de pathologies vasculaires et de mortalité est toutefois encore mal défini et semble varier selon le profil de chaque patient.

C’est en tout cas ce que confirme une méta-analyse réalisée sur 16 études de cohorte regroupant au total plus de 24 mille individus. Onze de ces études incluaient des participants en bonne santé, tandis que dans les 5 autres études, les participants étaient atteints de pathologies diverses.

Augmentation de la mortalité cardiaque et de toute cause

Les résultats suggèrent que, si une forme mineure de SAOS n’a pas d’impact sur le risque d’accident cardiovasculaire et la mortalité toutes causes, les formes modérées en revanche sont associées à une augmentation du risque d’accident cardiovasculaire (Risque Relatif [RR] 1,16 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] 1,01 à 1,33) et de pathologie coronaire (RR 1,38 ; IC 1,04 à 1,83). Quant aux formes sévères, elles augmentent à la fois le risque d’accident cardiovasculaire (RR 2,04 ; IC 1,56 à 2,66), de pathologie coronaire (RR 1,63 ; IC 1,18 à 2,26), d’accident vasculaire cérébral (RR 2,15 ; IC 1,42 à 3,24), de décès d’origine cardiaque (RR 2,96 ; IC 1,45 à 6,01) et de décès toutes causes (RR 1,54 ; IC 1,21 à 197). Si quelques différences semblent exister selon le genre, elles n’atteignent pas un seuil statistiquement significatif et il paraît difficile de conclure définitivement sur ce point. D’autres travaux pourraient être menés sur ce sujet.

Dr Roseline Péluchon

Références
Xie C et coll. : Association of obstructive sleep apnoea with the risk of vascular outcomes and all-cause mortality: a meta-analysis. BMJ Open 2017;7:e013983.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article