Ebola : la défiance des malades

Monrovia, le mercredi 13 août 2014 - Au Libéria, les équipes de la Croix-Rouge peinent à convaincre les malades d'Ebola de se rendre dans les hôpitaux en raison de rumeurs persistantes à l’encontre des services de santé…

Un reportage de la chaîne France 24, nous montre par exemple Mamei, une libérienne, habitant la province de Lofa, susceptible d’être infectée (son mari et son fils viennent de mourir de la maladie) et qui refuse tout bonnement de parler aux équipes de la Croix-Rouge, se murant dans le silence à l’approche de tout ce qui ressemble à un professionnel de santé.

La crainte du vol d’organes

« Quand on vient les voir chez eux, ils ont peur qu'on leur dise qu'ils sont touchés par Ebola. Quand ils nous voient, certains se mettent immédiatement à pleurer. C'est pourquoi nous avons besoin de nos services sociaux, qui sont à nos côtés quand il faut aller leur parler », explique par ailleurs Beyoh Peter Fayiah, membre de la branche libérienne de l’organisation internationale.

Mais le cas de Mamei n’est pas isolé, à Voinjama, l’une des villes les plus touchées par le virus, le plus grand hôpital de la région, ne connaît pas paradoxalement une forte affluence.

Ceci est dû aux nombreuses rumeurs faisant état de vols d’organes : « Il y a toutes sortes de théories, toutes sortes de rumeurs qui circulent, comme quoi nous volons des reins, nous prenons le sang des gens, nous les aspergeons avec un produit qui les tue », déplore ainsi le docteur Musa Zuanah, directeur du Tellewoyan Memorical Hospital.

Les mentalités commenceraient lentement à évoluer, mais pas assez vite au regard de la progression de l’épidémie…

FH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article