Assistants médicaux : la contre-proposition des syndicats

Malakoff, le jeudi 14 février 2019 – Une semaine après avoir quitté avec éclat la table des discussions concernant les assistants médicaux, pour protester contre la vision productiviste de la CNAM qui réclamait le doublement du nombre de consultations en échange du financement d’un assistant, les syndicats de médecins libéraux se sont réunis au siège du Syndicat des médecins libéraux (SML) pour établir une contre-proposition.

Sans doute a-t-il régné au cours de cette rencontre une certaine allégresse, puisque quelques heures auparavant, la CNAM signifiait qu’elle avait été mal comprise et qu’il n’était pas question de s’engager dans une quantification rigoureuse de l’augmentation de l’activité d’un médecin bénéficiaire d’aides pour l’embauche d’un assistant médical.

Reste, pour les syndicats qui semblent donc avoir repris la main, à fixer, à  leur tour, les frontières des discussions qui reprendront mercredi prochain.

Oui à l’exercice coordonné, non au modèle unique

En premier lieu, les syndicats réitèrent leur revendication qu’il ne soit nulle part fait mention dans le futur accord de quotas de consultations par an ou par heure.

Autre condition à la poursuite des tractations : « l’exercice médical doit être coordonné, certes, mais sans modèle unique », « il faut absolument que les médecins isolés puissent bénéficier d'un assistant médical », insiste le Dr Philippe Vermesch, président du SML.

Les syndicats demandent également que le financement de l’assistant médical ne soit pas uniforme et prenne en compte les contraintes immobilières ou encore le coût de la formation des assistants…et réclame, contrairement à ce que semble avoir décidé la CNAM, qu’il soit pérenne et non dégressif. 

Aussi la CNAM avait dessiné deux profils d’assistants, les « administratifs » et les « soignants », schéma que rejettent les représentants de médecins, pour qui le métier d’assistant doit être défini par une autre négociation spécifique dans le cadre de la convention collective des personnels des cabinets médicaux.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Un gouffre peut en cacher un autre

    Le 15 février 2019

    Certes, les "propositions comptables" de la CNAM, dans cette négociation de "marchands de tapis" dans laquelle les uns et les autres se trouvent engagés, n'avaient pas de quoi séduire et pouvaient aussi occasionner l'arrachage de poignées de cheveux blancs aux Infirmiers et infirmières quant à la nature et au rôle des futurs (es) "assistants (es) et, par corollaire, le type de "formation" requis pour cette usine à gaz qu'on appelle pompeusement "nouveau métier".

    Mais, après le claquage de portes des syndicats, les contre-propositions que l'on voit poindre à l'horizon, n'ont vraiment rien pour rassurer nos mêmes professions d'auxiliaires médicaux, professionnels de santé authentiques et avérés, de formations connues et reconnues et je mets "formations" au pluriel à dessein car, outre leur formation initiale, ils peuvent , en option, bénéficier de formations complémentaires, jusqu'à des niveaux élevés, qui ne sont pas à inventer.

    H.Tilly, IDE, MKDE

Réagir à cet article