Déremboursement partiel : les entretiens pharmaceutiques fragilisés

Paris, le jeudi 6 octobre 2022 - La prise en charge de deux types d'entretiens pharmaceutiques a été modifiée le 1er octobre qui concernent d’une part les patients sous traitements chroniques par anticoagulants oraux (AVK ou AOD) et d’autre part ceux sous traitements chroniques par corticoïdes inhalés pour l’asthme. Ils ne sont plus remboursés qu’à hauteur de 70 % par l’Assurance maladie (au lieu de 100 % auparavant).

Les tarifs de ces entretiens restent similaires (voir tableau). Par ailleurs, la prise en charge à 100 % des accompagnements pharmaceutiques des patients sous anticancéreux oraux demeure pour sa part inchangée.


Si certains officinaux correspondants du JIM fulminent, « ces évolutions étaient attendues », tempère Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

En outre, cette évolution s’accompagne d’une simplification de la tarification de bon aloi.  Un seul code commun est institué aux trois types d’entretiens. Il faudra désormais coder ASI pour la première année d’accompagnement pharmaceutique AVK, AOD ou asthme, et ASS pour les années suivantes. Les codes prestations AKI, AKS (pour les entretiens AVK), AOI et AOS (pour les entretiens AOD) ne doivent donc plus être utilisés.

Cependant, si dans la séquence annuelle des entretiens suivant le premier entretien présentiel, l’un d’eux est réalisé en visioconférence, le pharmacien doit utiliser le code acte spécifique « TPH », en plus d’un des deux codes actes précédents.

« Il s’agit d’une volonté de l’Assurance maladie de faire rentrer la prise en charge de ces entretiens dans le droit commun » précise Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) auprès du Moniteur des pharmacies.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article