1/3 de places vacantes en facultés de pharmacie !

Paris, le jeudi 22 septembre 2022 - Les étudiants en pharmacie*, l’Ordre des pharmaciens et les syndicats d’officinaux alertent : les études pharmaceutiques ne font plus le plein et 1 100 places sont encore vacantes (soit un tiers des places) sur les bancs des 24 facultés de pharmacies françaises contre 163 l’an passé.

Cette situation « laisse envisager un avenir inquiétant pour le métier de pharmacien, souffrant d’ores et déjà d’une pénurie de ressources humaines » pointent ces organisations.

Elles expliquent en partie ce phénomène par « l'application inégale de la réforme de l'entrée dans les études de santé selon les universités ». Elles pointent également la traditionnelle mise en avant de la médecine auprès des étudiants de première année au détriment de la pharmacie qui ne serait pas présentée à sa juste valeur.

« Les nombreuses voies professionnelles se présentant aux étudiants, comme l'industrie ou le milieu hospitalier, restent méconnues » résume pour l’AFP Romain Gallerand, porte-parole de l’ANEPF.

Quand les futurs pharmaciens préfèrent la Belgique


Mais cette pénurie d’étudiants apparaît comme paradoxale, alors qu’un nombre important d’aspirants pharmaciens passent les frontières pour se former outre-Quiévrain où la filière pharmaceutique est plus accessible et désormais dans certaines facultés les étudiants français sont majoritaires !

En effet, contrairement aux études de médecine, médecine vétérinaire, odontologie et kinésithérapie, les facultés de pharmacie belges ne sont pas soumises à des contingentements d’étudiants étrangers et il n’y a pas non plus de sélection par le biais d’un concours d’entrée.

Quoi qu’il en soit de la situation belge, la réduction de l'effectif des étudiants en pharmacie en France n'est « pas viable pour (..) le système de soin français dans sa globalité », mettent en garde syndicats professionnels et estudiantins.

*ANEP : Association nationale des étudiants en pharmacie de France

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Pénurie methodiquement provoquée

    Le 23 septembre 2022

    On peut parier que, bien dans l'esprit de ce qu'on nous prépare, la solution qui va être mise en place par l'administration sera : fermeture d'une fac ou 2 pour concentrer les étudiants survivants sur les facs survivantes. Dame, on ferme bien des classes et des écoles quand il n'y a plus assez d'enfants. Et puis, selon la Cour des Comptes, il y a 10 400 fermetures de pharmacies à provoquer. Si on n'aide pas, on n'y arrivera jamais,hein !

    Maignan, Pharmacien

Réagir à cet article