Antibiotiques : les généralistes ont souvent du mal à refuser des demandes injustifiées des patients

Paris, le vendredi 14 janvier 2022 - « Les antibiotiques, c’est pas automatique », le slogan est resté, mais il semble ne pas encore avoir été intégré par tous les patients.

Ainsi, une étude de la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques), réalisée dans le cadre du Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale met en évidence que les médecins font toujours l’objet de « pressions » d’une part importante de leurs patients qui souhaitent se voir prescrire des antibiotiques lorsque cela n’est pas nécessaire. Un pourcentage tout aussi important de ces praticiens disent avoir du mal à résister à ces demandes peu justifiées.

Dans le détail, la quasi-totalité (96 %) des médecins déclarent être confrontés à des patients leur demandant un traitement antibiotique lors d’une infection virale (parfois : 53 % ; fréquemment : 43 %).

Figure 1. Situations rencontrées par les médecins généralistes concernant la demande d’antibiotiques de leurs patients


Or, 82 % des médecins généralistes sondés déclarent qu’il leur est difficile de refuser la prescription d’un antibiotique, et quatre sur dix indiquent qu’il leur arrive d’en prescrire à des patients qui n’en ont sans doute pas besoin. Ces ordonnances s’expliquent, chez 18 % des MG répondeurs, par des craintes de conséquences médico-légales.

Figure 2


Pourtant, la moitié des médecins généralistes libéraux (53 %) indiquent avoir été confrontés, au cours des trois derniers mois, à des problèmes d’antibiorésistance au sein de leur patientèle…

Emmanuel Haussy

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article