Assistants médicaux : un dernier geste de la CNAM pour emporter la partie

Paris, le vendredi 31 mai 2019 – Alors que certains syndicats de médecins libéraux paraissent encore indécis quant à la signature de l’avenant conventionnel numéro 7, qui doit préciser les conditions de délivrance de certaines aides financières pour l’embauche par un médecin d’un assistant médical, la Caisse nationale d’Assurance maladie (CNAM) fait un nouveau pas en leur direction.

Elle vient en effet de dévoiler, dans un courrier adressé aux organisations, un dernier projet d’avenant dont elle espère que, grâce à de nouveaux ajustements, il sera signé par tous les syndicats le 19 juin prochain.

La CNAM assouplit sa position

Plusieurs syndicats, et en particulier la CSMF, s’étaient émus d’une quasi-obligation de participer, dès l’embauche de l’assistant, à une CPTS pour obtenir les subventions liées à ce nouveau dispositif. Or dans le nouveau texte un délai de deux ans à compter du recrutement de l'assistant est laissé au médecin pour s’engager dans une démarche d’exercice coordonné.

Autre avancée de dernière minute, l’Assurance-maladie introduit un bonus pour les médecins à « très forte patientèle ».

Le schéma de financement est le suivant : 36 000 euros la première année, 27 000 la deuxième et 21 000 la troisième année et les suivantes. Mais, désormais, pour les praticiens dont la patientèle se situe entre le 90e et le 95e percentile, l’aide maximale versée au bout de la 3e année sera de 25 000 euros, et pour les médecins dont la patientèle médecin traitant et/ou file active se situe au-dessus du 95e percentile, l’aide se maintiendra à 36 000 euros toute la durée du contrat.

Autre nouveauté, les partenaires conventionnels examineront « dans les 12 mois suivant l’entrée en vigueur de l'avenant », les conditions dans lesquelles le principe d’un assistant pour un médecin pourrait être étendu à d’autres territoires qui ne sont pas classés en zone sous-dense.

Cela sera-t-il suffisant pour emporter la partie ? Réponse le 19 juin.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Marchands de tapis

    Le 31 mai 2019

    Tout cela ressemble bien à une négociation à la petite semaine. Et le pire c'est que nos syndicats signeront un projet qui ne réorganise en rien le système de santé mais va encore accroitre la lourdeur administrative et le contrôle des caisses. Malheureusement la profession par l'intermédiaire des COM, des syndicats et des URML s'est montrée dans l'incapacité de s'organiser et de se coordonner.

    Dr Pierre-André Coulon

  • S'organiser pour "réorganiser le système"

    Le 01 juin 2019

    Ne soyez pas trop durs, pour négocier il faut être 2 parties et les non-médecins ne proposent pas d'aborder toutes les idées émises par les organisations de médecins que vous citez.
    Négocier unilatéralement ça veut dire imposer. Est-ce ce que vous voulez ?

    Dr Pierre Serveille
    Dr Pierre Serveille

Réagir à cet article