Autotests en officine : un flop ?

Paris, le vendredi 7 mai 2021 – Depuis le 12 avril, des autotests Covid-19 sont commercialisés en pharmacie au prix de 6 € l’unité. 

Présentés comme une arme décisive contre l’épidémie, ils ne semblent pas rencontrer un franc succès.

Confusion sur les indications

Selon un sondage de l’USPO (Union de syndicats de pharmaciens d'officine), si 97 % des officines proposent des autotests, seuls 69 % en ont vendu dans le cadre de la prise en charge de l’assurance maladie réservée aux salariés des services de soins à domicile et aux « accompagnants familiaux ».

En outre, comme le souligne le président de ce syndicat, Gilles Bonnefond, sur Europe 1 « les patients qui nous demandent des autotests ne sont pas éligibles (…). Vous avez des demandes pour des patients contacts, et les autotests ne sont pas indiqués pour des patients contacts ou symptomatiques ».

En effet, ils sont indiqués uniquement chez les personnes de plus de 15 ans qui n'ont pas de symptômes et ignorent s’ils ont été en contact avec des patients infectés.

Ainsi, 55 % des officinaux disent faire face à des demandes « non conformes » (pour dépister des cas contacts et/ou symptomatiques).

Dans ce contexte, beaucoup d’officinaux refusent de vendre « des autotests et ont réorienté les personnes vers des tests antigéniques ou des tests PCR (...). Si les autotests remplacent les tests antigéniques, il n'y aura plus la possibilité pour les pouvoirs publics d'avoir une traçabilité de l'évolution du virus. Ce serait dramatique, alors qu'on a des outils qui nous permettent de suivre l'évolution du Covid-19 et de ses variants ».

Aussi, le président de l’USPO appelle à un vaste effort de communication sur les autotests pour rappeler leur place dans la politique française de dépistage.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article