Aux Etats-Unis, une nouvelle vague malgré les vaccins ?

Le Pr Rochelle Walensky, nouvelle directrice des CDC
Washington, le mercredi 7 avril 2021 – Alors que la campagne de vaccination américaine bat son plein, les Etats-Unis observent une hausse du nombre de contaminations.

Ne pas vendre la peau du Covid avant de l’avoir tué. Les Américains pensaient sans doute être en passe de remporter la guerre contre la Covid-19. Grâce à une campagne de vaccination particulièrement efficace (32 % des Américains ont reçu au moins une dose d’un vaccin soit 107 millions d’individus), le nombre de décès quotidiens est en chute continuelle depuis trois mois. Les Etats-Unis déplorent ainsi environ 900 morts par jour, bien loin des terribles journées de janvier on l’on comptait plus de 4 400 décès quotidiens.

Le nombre de contaminations est également en baisse. Ou plutôt était, puisque depuis quelques semaines, le pays semble à l’orée d’une quatrième vague.

Le pays de l’Oncle Sam comptabilise ainsi environ 70 000 contaminations quotidiennes contre 60 000 à la mi-mars. Une hausse légère et sans commune mesure avec le pic de janvier (lors duquel on comptait 250 000 cas par jour) mais suffisante pour fortement inquiéter les autorités. La directrice du CDC, le professeur Rochelle Walensky, a ainsi dit craindre un « désastre imminent ». Selon elle, si le virus continue de circuler autant, on peut craindre l’apparition de nouveau variants, plus contagieux, plus létaux et peut être résistants aux vaccins. « Si le virus circule suffisamment, ces variants peuvent muter davantage encore et aboutir à des variants plus problématiques » explique-t-elle.

Un allègement des mesures trop précoce ?

Ce rebond épidémique est sans doute un effet paradoxal de la vaccination. L’optimisme liée à l’arrivée du vaccin aurait en effet conduit à un certain relâchement de la population et à un allègement des mesures sanitaires, peut être un peut trop précoce selon certains experts. De nombreux États ont ainsi rouvert les écoles, les restaurants et les lieux culturels et mis fin à l’obligation de porter un masque. Le trafic aérien national est revenu à son niveau d’avant la pandémie.

Les États républicains sont les plus enclins à lever les mesures de lutte contre l’épidémie, tandis que les États démocrates s’alignent sur la position prudente du président Joe Biden. Au Texas, le gouverneur républicain a ainsi mis fin à l’intégralité des restrictions sanitaires et un match de baseball a récemment rassemblée plus de 40 000 spectateurs non masqués. Une décision qualifiée « d’irresponsable » par le président Joe Biden.

Une quatrième vague moins létale

L’augmentation des cas signifie-t-elle que le vaccin n’est pas aussi efficace que l’on pensait ? Sans doute pas. D’abord parce que le taux de couverture vaccinale de 32 % atteint par les Etats-Unis, bien que supérieur à celui de l’Union Européenne (13 %), est largement insuffisant pour atteindre l’immunité collective. La plupart des experts s’accordent pour dire que l’immunité collective nécessite un taux de vaccination de 60 à 70 % voire de 80 % en raison de la contagiosité accrue des variants. Ensuite, la hausse des cas récemment observé concerne essentiellement des populations jeunes, qui ont peu ou pas accès aux vaccins. Au Massachusetts par exemple, 45 % des personnes contaminés ont moins de 30 ans. Une donnée qui laisse penser à la plupart des experts que si quatrième vague il y a, elle sera moins létale que les précédentes.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article