Cancers du larynx et de l’ovaire, des maladies professionnelles qui s’ignorent

Paris, le mardi 20 septembre 2022 – L’Anses appelle à mieux reconnaitre le lien entre l’exposition à l’amiante et la survenue de cancers du larynx et de l’ovaire.

Bien que son utilisation soit interdite depuis 1997, l’amiante continue de faire d’importants dégâts en santé publique. Le lien entre l’exposition à l’amiante de certains professionnels et la survenue de cancers broncho-pulmonaires et de la plèvre (mésothéliome) est désormais bien connu et a donné lieu à d’importantes indemnisations. Beaucoup moins connu est en revanche le rôle de l’amiante dans le développement de cancers du larynx et de l’ovaire, pourtant établi dès 2012 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Un lien méconnu, même par les médecins

Dans un rapport rendu public ce lundi, l’Agence de sécurité sanitaire (Anses), saisie de la question par les ministères de la Santé et du Travail, estime ainsi que les cancers du larynx ou de l’ovaire liés à l’amiante sont des maladies professionnelles « sous-déclarées et sous-retenues ». Ainsi, alors qu’Alexandra Papadopoulos, coordinatrice scientifique au sein de l’Anses, estime que l’exposition à l’amiante provoque « 150 à 170 cas chaque année de cancers de l’ovaire ou du larynx », seulement 130 demandes de reconnaissance du cancer du larynx en maladie professionnelle ont été examinées entre 2010 et 2020 et six cas de cancer de l’ovaire. 

« Lorsque nous avons auditionné des professionnels de santé dans le cadre de cette expertise, nous nous sommes aperçus que le lien entre les cancers du larynx et des ovaires et l’exposition à l’amiante était très peu connu » constate Alexandra Papadopoulos. « L’amiante était couramment associé aux cancers du poumon et de la plèvre, mais ni les médecins ni les malades ne font le lien avec d’autres cancers ».

Cancers liés à l’amiante, pas qu’une affaire d’hommes

Les maladies liées à l’amiante concernent principalement des hommes, plus nombreux dans le secteur du BTP, le plus exposé à l’amiante. Mais l’Anses rappelle que les femmes aussi peuvent contracter une maladie professionnelle liée à l’amiante. « L’exposition professionnelle des femmes à l’amiante concerne en particulier la fabrication de textiles non inflammables ; certains secteurs les exposent aussi à l’amiante de façon indirecte, tels que le secteur de la santé » écrivent les experts de l’Anses.

Le gouvernement avait également chargé l’Anses d’évaluer le lien entre l’exposition à l’amiante et la survenue de cancers du pharynx, de l’estomac et colorectaux. Mais l’Anses a préféré ne pas se prononcer sur cette question par manque de « ressources » et de temps, estimant également que le lien entre ces cancers et l’amiante n’avait pas encore été établie avec certitude par la communauté scientifique.

Grégoire Griffard

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article