Chine : entre 73 000…et 600 000 morts depuis la levée des restrictions

Pékin, le mardi 24 janvier 2023 – Le gouvernement chinois affirme que 73 000 personnes sont mortes depuis la levée des restrictions sanitaires, un chiffre probablement très loin de la réalité.

Le 23 janvier 2020, la ville de Wuhan, 9 millions d’habitants, devenait la première cité à être confiné pour freiner la propagation de ce qu’on appelait pas encore la Covid-19. Une décision qui allait provoquer un vent de panique mondial et le confinement de plusieurs milliards d’être humains. Exactement trois ans plus tard, la vie a repris son court normal à Wuhan et dans le reste de la Chine. Pour la première fois depuis quatre ans, les habitants vont pouvoir célébrer comme il se doit le Nouvel An chinois, qui a eu lieu ce dimanche et qui est l’occasion de fêtes populaires pendant plusieurs semaines.

Pourtant, jamais sans doute les Chinois n’ont été autant menacés par la Covid-19 (y compris en 2020). L’abandon brutal de la drastique politique zéro-Covid le 7 décembre dernier, qui protégeait jusque là la population, a provoqué une vague épidémique aux proportions inégalées. Mais le gouvernement communiste l’assure : le pic de cette vague a été atteint autour du 5 janvier et elle ne fait depuis que refluer. « L’épidémie est à un niveau relativement faible, le nombre de patients en soins critiques diminue constamment » a assuré jeudi dernier la vice-première ministre Sun Chunlan. Le parti communiste chinois (PCC) invite désormais les habitants à aller de l’avant et à célébrer ce retour à la normale. Il a d’ailleurs prévenu que toute « fausses informations » diffusées sur internet qui viendraient « gâcher » les festivités du Nouvel An serait censurées. 

1,1 milliards de contaminations !

Difficile, face à l’omerta entretenu depuis plus de trois ans par Pékin, de connaitre la réalité de la situation épidémique en Chine. Ce samedi, le gouvernement a indiqué que 13 000 personnes étaient mortes de la Covid-19 à l’hôpital la semaine du 13 janvier, victimes qui s’ajoutent aux 60 000 morts entre le 8 décembre et le 12 janvier que Pékin a déjà reconnus. Même si ces chiffres excluent les décès hors des hôpitaux, il est difficile de croire que seulement 73 000 personnes sont mortes dans un pays qui compte plus d’1,4 milliards d’habitants.

Les autorités chinoises se contredisent d’ailleurs elle-même. Pour rassurer sur le risque de la survenue rapide d’une nouvelle vague, Wu Zunyou, chef du CDC chinois, a affirmé que « la vague épidémique actuelle a déjà contaminé environ 80 % de la population dans le pays » soit plus d’1,1 milliards de personnes ! Au vu de la faible immunité naturelle et vaccinale de la population et même avec un variant Omicron à la létalité plus faible que la souche dite de Wuhan, ce nombre incroyable de contaminations est incompatible avec un nombre de décès  aussi faible.

36 000 morts par jour

On en est donc réduit à des conjectures pour connaitre l’ampleur de l’épidémie dans l’Empire du Milieu. Depuis deux mois, la société britannique d’analyse médicale Airfinity s’appuie sur les données éparses qui émanent de Chine et sur la situation observée dans les autres pays ayant abandonné leur politique zéro-Covid par le passé pour tenter d’estimer la gravité de la pandémie. Ses conclusions sont très éloignées des annonces officielles du gouvernement chinois. Si elle estime que « seulement » 100 millions de Chinois ont été contaminés pour le moment, elle pense que plus de 600 000 personnes sont décédés depuis le 7 décembre.

Surtout, elle considère que, contrairement à ce qu’annonce Pékin, c’est maintenant que l’épidémie est à son pic. Le Nouvel An chinois, au cours duquel des dizaines de millions de personnes se déplacent à travers le pays (on prévoit deux milliards de trajets en un mois) favorise en effet la circulation du virus. Selon les projections d’Airfinity, 62 millions de personnes ont ou vont être contaminées entre le 13 et le 27 janvier. Le pic de mortalité sera lui atteint le 26 janvier avec 36 000 morts en 24 heures. Au total, environ 2 millions de Chinois pourraient mourir entre décembre et mars.

Cette hécatombe, d’une ampleur inédite depuis l’apparition de la Covid-19 il y a trois ans, survient au moment où l’épidémie est au plus bas de l’autre côté de la planète, en Europe. Sur le Vieux continent, on ne dénombre que 40 000 nouveaux cas positifs et 800 décès par jour. Mais déjà on s’inquiète de l’apparition d’un nouveau variant d’Omicron, appelé CH.1.1, qui se propage rapidement au Royaume-Uni. Surnommé « Orthos » (un monstre de la mythologie grecque), ce variant serait à la fois plus contagieux et plus pathogènes que les autres variants d’Omicron et pourrait provoquer une nouvelle vague meurtrière en Europe. La Covid est un éternel recommencement.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • 1 mort...

    Le 29 janvier 2023

    ... c'est toujours 1 mort de trop ! Mais, pour cette fois, j'aimerais que vous vous exprimiez en % et soyez davantage objectifs et honnêtes : les Chinois nous mentent, mais ils faut qu'ils bossent parce que l'on a besoin d'eux.
    A propos, Rouen, l'incendie de l'usine de batteries au Lithium, on n'en parle plus ?! Il est vrai que moins de 4 heures après les faits, il n'y avait, d’après le préfet, aucun danger pour la population ; et l'acide Fluorhydrique ? sans compter le reste. Pourriez-vous nous tenir au courant ? Ne serait-ce que pour Jeanne d'Arc ! Elle doit se retourner dans sa... tombe !

    Dr J-P Vasse

Réagir à cet article