Comité citoyen sur la vaccination : fausse bonne idée ou vraie mauvaise idée ?

Paris le mardi 5 janvier 2021 - Rarement un couac n’avait fait l’objet d’une telle préméditation. Lors de son allocution solennelle à la nation du 24 novembre dernier, le président de la République avait dessiné les contours de la politique vaccinale française pour les prochains mois. L’affaire était entendue : « un comité scientifique sera chargé du suivi de la vaccination. Un collectif de citoyens sera aussi mis en place pour associer plus largement la population ». L’objectif était clair, associer les citoyens (et donc les patients) aux décisions publiques pour susciter une plus grande adhésion des français à la vaccination contre la Covid-19.

Il faut se souvenir qu’il fut un temps où l’opposition critiquait le gouvernement non pas pour sa lenteur dans la campagne de vaccination, mais bien pour sa supposée précipitation dans la délivrance d’un vaccin jugé suspect, car trop récent. « Ce vaccin ne me rassure pas » déclarait ainsi Jean-Luc Mélenchon le 13 décembre à BFMTV, le 10 décembre, Marine Le Pen exprimait « ses doutes » sur la technique de l’ARN messager.

Désormais, il apparait comme certain que le faux départ dans cette campagne de vaccination (les chiffres doivent être rappelés : 516 vaccinations en une semaine !) a ouvert une brèche politique qu’il convient désormais d’exploiter. Et c’est désormais le comité des citoyens devant se pencher sur cette vaccination qui est dans la tourmente.

« Foutage de gueule » à géométrie variable ?

« Excusez-moi ma grossièreté mais c’est du foutage de gueule » a déclaré notamment le député européen EELV et candidat à la primaire des écologistes pour la présidentielle Yannick Jadot, sur Radio Classique.

Pourtant, quelques semaines plus tôt, son parti avait apporté son soutien « à toutes les mesures permettant l’adhésion aux campagnes de vaccination » suivant les recommandations de la Haute Autorité de Santé. Comme l’a souligné le journaliste Vincent Glad l’idée de la constitution d’un comité consultatif citoyen sur la vaccination ne provient pas du gouvernement…

mais du Conseil scientifique. Dans une interview réalisée en novembre au journal Le Monde, le Pr Delfraissy constatait « qu’il était extrêmement positif de voir aujourd’hui que des métropoles se dotent de comités scientifiques et citoyens afin d’établir un dialogue (…) avec un meilleur partage de l’information jusqu’aux citoyens qui participent aux discussions (…) il faut que les gens comprennent pourquoi certaines décisions sont prises, de façon à rétablir la confiance ».

L’idée de la constitution des comités citoyens était même soutenue en novembre par le Premier secrétaire du Parti Socialiste Olivier Faure qui militait pour « une concertation étendue et une écoute des questionnements et inquiétudes divers ».

Mais dans un contexte où le gouvernement se voit reprocher son inaction, la constitution d’un comité de réflexion en pleine tempête créé un décalage entre l’image et le discours. 

De quoi s’agit-il ?

Comment sera constitué ce comité et pour quelle mission ? Trente-cinq citoyens vont être tirés au sort d'ici le 10 janvier par l'institut de sondages IRS Quality. L’objectif, à grand renfort de réunions et d'auditions est d’assurer, à partir du 16 janvier, la préparation puis le suivi de la vaccination grand public, qui constituera la troisième et ultime étape du plan du gouvernement, en lien avec le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale.

Ce comité citoyen sera chargé d'« émettre des observations et de formuler des recommandations sur la politique vaccinale», a prévenu le premier ministre, Jean Castex, en présentant sa stratégie vaccinale le 16 décembre dernier, devant les députés.

Ses membres auront également pour mission d’interpeller le Ministre de la Santé ou le professeur Alain Fischer sur toutes questions ou inquiétudes liées au produit.

Un panel « représentatif » fait-il émerger une vérité ?

Le tirage au sort, technique utilisée lors de la Convention citoyenne sur le climat, fait grincer des dents parmi les politiques (qui y voient une négation du rôle des assemblées élues) et chez certains scientifiques. Si, afin que le panel soit le plus représentatif possible de la population, sa composition respectera des critères : âge, genre, région de résidence, niveau de diplôme, catégorie socioprofessionnelle et type de domicile, mais pour que les « défiants » soient aussi pris en compte, l’adhésion à la vaccination sera testée en amont du tirage au sort. Les citoyens devront classer leur réponse sur une échelle de 1 à 5, afin d'« assurer la diversité au sein du collectif citoyen », explique le Cese (Conseil économique, social et environnemental).

D’après RTL, les pro-vaccins, antivaccins et "hésitants" devront figurer dans les mêmes proportions. Une situation qui est toutefois clairement non représentative de la société française. En effet, d’après un sondage Elabe réalisé le 17 décembre dernier, si une majorité des français indiquent être réfractaires à la vaccination contre la Covid-19, seuls 8 % d’entre eux déclarent être opposés par idéologie au principe même de la vaccination.

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Incroyable !

    Le 05 janvier 2021

    Tous les défauts et les conséquences néfastes du "comité citoyen" sur codicologie n'ont-ils donc pas suffi à démontrer l'inanité et la confusion qu'induit la création d'un groupe censé mieux représenter le peuple que les élus.
    Macron récidive! Que cherche-t-il? Je ne comprends pas.
    Errare humanum est,perseverare...

    Dr Luc Guyot

  • L’incompétence et « en même temps » le mépris.

    Le 10 janvier 2021

    Après la grotesque commission « pour le climat » au cours de laquelle des militants — tirés aux sort mon cul, comme dirait Zazie — cornaqués par la fine fleur des escrologistes auront réussi à pondre une palanquée de mesures aussi inutiles que suicidaires, voici la pincée de mépris démagogique pour contenter la secte des antivaccins et « en même temps » le reste des citoyens soi-disant représenté par 35 gugusses.
    « En même temps », on ouvre le parapluie. Décidément, ce président est ce gouvernement nous auront tout fait.

    Dr Alexandre Krivitzky

  • Et les élus

    Le 11 janvier 2021

    Il y a des élus, députés et des sénateurs, qui représentent l'ensemble des Français. C'est leur boulot de donner leur avis. Pourquoi 35 personnes tirées au sort auraient un avis plus pertinent?

    Dr Eric Giblot Ducray

Réagir à cet article