Covid : la campagne de vaccination avancée au 2 octobre

Paris, le lundi 18 septembre 2023 – Au vu de l’évolution de l’épidémie, le gouvernement a décidé d’avancer la campagne de vaccination de rappel contre la Covid-19 au 2 octobre.

Ce n’est pas de la panique, mais une simple mesure de précaution. Ce vendredi, le ministre de la Santé Aurélien Rousseau a annoncé que la campagne de vaccination de rappel contre la Covid-19, initialement prévue pour le 17 octobre, allait finalement être avancée au 2 octobre, en raison de la progression de l’épidémie depuis plusieurs semaines et surtout de l’apparition de nouveaux variants. Cette décision a été prise sur recommandation du comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars), saisi pour avis par le ministre la semaine dernière.

De nouveaux vaccins pour de nouveaux variants

Dans son avis, le Covars souligne que, bien que la situation épidémique reste sous contrôle (« il n’y a pas, à l’heure actuelle, d’augmentation massive en termes d’hospitalisations » notent les experts), c’est avant tout l’émergence de nouveaux variants, notamment les mutants XBB 1.5 et EG.5.1 actuellement majoritaires, qui inquiète les autorités. « Cette faculté d’échappement immunitaire des variants est ce qui nous ennuie le plus, la réponse immunitaire que nous avons accumulée, en particulier vis-à-vis des variants BA.4 et BA.5 ne nous protège pas bien vis-à-vis des variants qui circulent actuellement » explique la Pr Brigitte Autran, présidente du Covars. C’est donc pour protéger plus rapidement les personnes fragiles contre ces nouveaux variants que la campagne de vaccination est avancée.

En effet, cette campagne de rappel se fera avec des nouvelles versions des vaccins à ARN des laboratoires Pfizer et Moderna, ciblant spécifiquement le variant XBB 1.5. Ces vaccins actualisés viennent tout juste d’obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) au sein de l’Union Européenne, le 1er septembre pour le vaccin de Pfizer et le 15 pour celui de Moderna. La France a déjà reçu 2,5 millions de doses du nouveau vaccin de Pfizer et doit en recevoir 13,5 millions d’autres d’ici novembre. Mais si ces nouveaux vaccins sont semble-t-il efficaces contre les variants XBB 1.5 et EG.5.1, on ignore leur effet sur le mutant BA.2.86. Celui-ci, pour le moment encore peu répandu, présente de nombreuses mutations et fait l’objet d’une surveillance renforcée par les virologues

Cette nouvelle campagne de vaccination s’adressera prioritairement aux personnes à risque, c’est-à-dire aux sujets âgés de 65 ans et plus, aux personnes souffrant de comorbidités et à l’entourage de ces personnes, dont les soignants, « soit une population comprise entre 12 et 18 millions d’individus, selon les estimations » explique la Pr Autran. Le public cible est peu ou prou le même pour la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière dont la date n’a en revanche pas été avancé et qui débutera donc le 17 octobre. A compter de cette date, le public cible se verra donc proposer de recevoir les deux injections (Covid et grippe) concomitamment.

30 % de passages aux urgences en plus pour suspicion de covid

Comme nous l’avons déjà expliqué dans nos colonnes, il est devenu très difficile de suivre avec précision l’évolution de l’épidémie de Covid-19, en raison de l’arrêt de certaines mesures de suivi épidémiologiques. Mais toutes les données disponibles indiquent que le virus circule activement ces dernières semaines. Au cours de la semaine du 4 septembre, les passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 ont ainsi augmenté de 30 %, un tiers des patients étant hospitalisés après leur passage aux urgences. Les consultations SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 ont également augmenté de 17 % sur la même période.

La France n’est évidemment pas le seul pays touché par cette recrudescence de l’épidémie. Le Royaume-Uni et l’Allemagne ont également décidé d’avancer leur campagne vaccinale de rappel en raison de la situation épidémique et les injections commencent dès ce lundi. Aux Etats-Unis, certains épidémiologistes estiment, en s’appuyant sur l’analyse des eaux usées, que le nombre actuel de contaminations quotidiennes est supérieur à celui de la première vague au printemps 2020. La maladie s’invite également à nouveau dans le débat public, les élus républicains affirmant qu’ils s’opposeront à tout retour des restrictions sanitaires.

Pendant ce temps, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), par la voix de son directeur général le Dr Thedros Ghebreyesus, a de nouveau demandé ce dimanche à la Chine de faire preuve de transparence et de « donner un accès total » aux informations concernant l’origine du SARS-Cov-2, qui reste toujours un mystère près de quatre ans après le début de l’épidémie à Wuhan.

Une demande qui devrait encore une fois (sans doute) rester lettre morte.

Quentin Haroche

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article