Dépression : vers un remboursement des consultations auprès d’un psychologue ?

Paris, le mercredi 18 avril 2018 – Il y a quelques mois, la HAS (Haute autorité de santé) préconisait que les séances chez un psychologue deviennent le traitement de première intention chez les patients présentant une dépression d'intensité "faible à modérée".

Dans cette optique, quatre Caisses primaires d’assurance-maladie (CPAM) testeront pour trois ans, à partir du mois de mai, le remboursement des séances de psychothérapie conduites par un psychologue, prescrites par un médecin généraliste. 

En pratique, les affiliés, âgés entre 18 et 60 ans, des CPAM de Haute-Garonne, du Morbihan, des Bouches-du-Rhône et des Landes pourront bénéficier d’une prise en charge de séances auprès d’un psychologue conventionné.

Un médecin généraliste devra en premier lieu leur prescrire une consultation d’évaluation de 45 minutes.

En fonction des conclusions de celle-ci, le médecin pourra délivrer une seconde prescription de 10 séances de psychothérapie de soutien de 30 minutes puis éventuellement une seconde prescription de 10 séances supplémentaires de psychothérapie « structurée » de 45 minutes. Au total, 20 séances maximum pourront être remboursées par l’Assurance maladie à l’issue desquelles le patient pourra être réorienté vers un médecin psychiatre.

Salué…et déjà contesté !

Réclamée depuis de nombreuses années par les psychologues, l’expérimentation a été saluée par de nombreux professionnels. Néanmoins, les organisations syndicales s’accordent déjà pour dire que les tarifs imposés par l’Assurance maladie sont trop faibles. Interrogé par La Dépêche du midi, Patrice Bouchaïb, psychologue à Toulouse et représentant du Syndicat national des psychologues pour la région Occitanie, regrette ainsi : « je pense qu’ils ont oublié qu’on travaillait en cabinet. Au centre de Toulouse, un cabinet coûte 850 euros par mois environ, et les tarifs de consultation tournent autour de 50 euros ».

En outre, ce même syndicat estime la prescription médicale inutile « puisque la compétence diagnostique est inscrite dans la profession même et fait partie de l'exercice de la praxis psychologique. »

Afin d’obtenir une révision de ces différents points d’achoppement, une pétition a été lancée par le Syndicat national des psychologues qui sera transmise au ministre de la Santé Agnès Buzyn. 

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Exit les psychiatres

    Le 19 avril 2018

    Prescrit par un généraliste ?
    La dépression est une maladie psychiatrique, qui demande au minimum un diagnostic et une prise en charge sous la responsabilité d'un psychiatre dans l'interêt du patient. La psychologie est la science qui étudie les processus mentaux. La profession de psychologues n'entre pas dans les professionnels de santé, elle n'a pas de code de déontologie. Ceci ne retire rien aux compétences des psychologues mais pose les questions médico-juridiques de la compétence et de la responsabilité du prescripteur.

    Dr Isabelle Gautier

Réagir à cet article