Difficultés de recrutement de paramédicaux : la quasi-totalité des hôpitaux publics concernés

Paris, le vendredi 24 juin 2022 - La Fédération hospitalière de France (FHF) dévoile les résultats d’une enquête sur les difficultés de recrutement de personnels paramédicaux que rencontrent les hôpitaux publics.

Un point interpelle particulièrement : « la quasi-totalité des établissements connaissent des difficultés de recrutement » d'infirmiers et d'aide-soignant « de manière permanente ou ponctuelle ». « Conjuguées à un absentéisme élevé, ces difficultés de recrutement pèsent lourdement sur le dynamisme des établissements », ajoute la FHF. « Un été difficile se profile sur le plan notamment de la gestion des soins non programmés » prévient aussi l’institution.

99 % des établissements concernés !

Dans le détail cette enquête réalisée entre avril et mai 2022, auprès de plus de 400 établissements publics de santé et médico-sociaux révèle que 80,3% d'entre eux rencontrent en permanence des difficultés pour recruter et 18,9 % de façon ponctuelle. C'est dans les hôpitaux généraux hors CHU, que la situation en matière de ressources humaines non médicales s’est le plus fortement dégradée, avec un doublement en 3 ans des postes d'infirmiers non pourvus (6,6 % en avril 2022 contre 3 % en 2019). Le secteur qui peine le plus à recruter est la gériatrie, avec de 85 à 90 % d’établissements concernés selon le type de structures.

Par ailleurs, l’absentéisme se stabilise mais à un niveau « historiquement élevé ». En 2021, comme en 2020, il a frôlé les 10 % (contre 9 % en 2019 et 7,4 % en 2012). « Les agents suspendus pour non-vaccination » ne représentent que 0,3 % du personnel et ne peuvent donc être considérés comme « un vivier » estime en outre la FHF.

La rémunération au second plan

Pour la FHF, résoudre la crise passera avant tout par un changement des conditions de travail. Ainsi, il semble que les infirmiers les privilégient sur la rémunération : « la rémunération n’est plus aussi importante, c’est même le dernier critère dans la recherche d’un poste. Le premier, c’est l’intérêt du travail, si on se sent bien dans ce que l’on fait, puis les conditions de travail, l’ambiance », explique ainsi Sophie Marchandet, responsable du pôle ressources humaines à la FHF.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article