E-cigarette : la guerre des arômes mentholés fait rage aux Etats-Unis

Washington, le jeudi 31 octobre 2019 - Alors que selon le dernier bilan publié par les Centres de contrôle et de prévention (CDC) des États-Unis le 22 octobre, 1 604 personnes ont été touchées par des atteintes pulmonaires sévères en lien avec l’utilisation de cigarettes électroniques, qui ont été fatales pour 34 d’entre eux, les pouvoirs publics américains souhaitent désormais une réglementation plus contraignante de ces produits qui jusqu’alors bénéficiaient d’une liberté quasiment totale. Parallèlement aux décisions parfois drastiques prises par certains états et distributeurs, le Président des États-Unis, Donald Trump a ainsi annoncé le 11 septembre vouloir interdire tous les arômes artificiels autres que la nicotine, afin de limiter la présence sur le marché de produits attractifs pour les plus jeunes. Le secrétaire d’état à la Santé, Alex Azar avait complété cette annonce en affirmant que la menthe et le menthol (qui sont fortement prisés des adolescents et qui comptent parmi les arômes les plus vendus) seraient également concernés. Pourtant, aujourd’hui, aucune décision n’a encore été prise concernant ces goûts : un lobbying important de la part des leaders du marché aurait freiné l’adoption de la mesure. Aussi, hier, les présidentes de l’American College of Physicians et de l’Académie américaine de pédiatrie ont été reçues à la Maison Blanche pour rappeler la nécessité d’interdire également les arômes menthes et mentholées. « L'idée que la menthe et le menthol soient des parfums d'adultes est ridicule. On donne du dentifrice à la menthe aux petits enfants » a par exemple fait remarquer Sarah Goza, présidente de l'Académie américaine de pédiatrie. Cette bataille témoigne à la fois de l’influence que conservent encore les géants de la cigarette électronique, mais également de leur fébrilité. Beaucoup se montrent en effet très inquiets des nouvelles réglementations de la FDA, jugées trop difficiles à respecter. Certains mettent en garde contre les effets contre-productifs d’une législation trop sévère, qui aurait pour conséquence de favoriser encore un peu plus le marché noir qui semble à l’origine de l’épidémie actuelle. Enfin, c’est sans surprise la firme JUUL, leader du marché, qui connaît les plus grandes difficultés dans la tempête actuelle. Après avoir annoncé au début de la semaine un plan de licenciement, elle est désormais l’objet de dénonciations (dont la véracité n’a pas encore été confirmée) suggérant qu’elle aurait sciemment continué à commercialiser des liquides mentholés pourtant contaminés (sans que la nature de la contamination ait été précisée). 

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article