Epidémie en France : tous les voyants sont au vert

Paris, le vendredi 11 juin 2021 - Après une frayeur la semaine dernière, avec la recrudescence de l’incidence dans le sud-ouest de la France, la 22ème semaine de 2021 est marquée par « une diminution marquée de la circulation du SARS-CoV-2 sur l’ensemble du territoire ainsi qu’une diminution de la pression hospitalière » notent les épidémiologistes de Santé publique France.

Tableau 1 : indicateurs hebdomadaires en semaine 22 (du 31 mai au 06 juin 2021)

La mortalité globale dans les clous

Après plusieurs mois d’excès de mortalité, le nombre de décès toutes causes confondues est revenu dans les valeurs attendues.

Le taux d’incidence est en forte diminution et inférieur à 100/100 000 habitants dans l’ensemble des régions (de -30% à -44%), avec une baisse moins marquée en Corse, mais où le taux d’incidence demeure faible (21 en S22 vs 23 en S21).

Les plus forts taux d’incidence sont observés en régions Île-de-France (86/100 000 habitants) et Hauts-de-France (75). Au niveau départemental on observe une forte diminution du taux d’incidence dans l’ensemble des départements (supérieure à -30 % dans 76 départements) sauf en Corse-du-Sud, où il était en légère augmentation à un niveau bas (29 en S22 vs 21 en S21).

En revanche, dans certains départements d’Outre-mer, l’incidence se maintient à un niveau élevé, notamment en Guyane (297/100 000 habitants) et à La Réunion (143/100 000 habitants).

Connaissez-vous les variants par leur petit nom ?

Les indicateurs de criblage montrent toujours une prédominance de la proportion de suspicions de variant préoccupant 20I/501Y.V1 (Alpha, ayant émergé au Royaume-Uni) (74,6%). La proportion de suspicions de variant 20H/501Y.V2 (Beta, ayant émergé en Afrique du Sud) ou 20J/501Y.V3 (Gamma, ayant émergé au Brésil) était de 6,3% au niveau national avec des hétérogénéités départementales.

Tableau 2 : tableau de correspondance de la dénomination des variants VOC et VOI (analyse de risque du 02 juin 2021) selon la nouvelle nomenclature de l’OMS du 31 mai 2021


A ce sujet, Santé Publique France indique que la stratégie de criblage des tests positifs à la recherche des trois variants préoccupants VOC 20I/501Y.V1 (Alpha) et indistinctement VOC 20H/501Y.V2 (Beta) et 20J/501Y.V3 (Gamma) est progressivement abandonnée au profit d’une nouvelle stratégie de criblage à la recherche de mutations d’intérêt E484K, E484Q et L452R en raison de leur impact sur la transmissibilité (L452R) ou leur possible échappement à la réponse immunitaire (E484K, E484Q et L452R).

Pas de diffusion importante du variant Delta

Concernant le variant B.1.617.2 (Delta, ayant émergé en Inde) qui se diffuse déjà largement au Royaume-Uni « aucun élément n’indique à ce jour une circulation importante de ce lignage sur le territoire. Cependant, l’apparition de clusters avec transmission autochtone de ce variant indique qu’une telle transmission a commencé en France et doit conduire à la plus grande vigilance, compte-tenu de son lien avec un possible échappement vaccinal et des données en faveur d’une augmentation de sa transmissibilité par rapport aux variants de référence et au variant 20I/501Y.V1 (Alpha) » informe ce bulletin épidémiologique.

Cet équilibre fragile reste à confirmer dans les semaines à venir…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article