Exclusif : la moitié des professionnels de santé favorables à une obligation de vaccination contre la Covid de toute la population majeure

Paris, le jeudi 12 août 2021 – Une nouvelle fois ce mercredi, le président de la Fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux, s’est prononcé en faveur de la vaccination obligatoire de tous les Français, solution qu’il a qualifiée de « la plus logique ». A son instar, ils ont été nombreux ces dernières semaines, et notamment au sein de l’Académie de médecine, à se prononcer en faveur d’une telle mesure. Par ailleurs, certains opposants au principe éthique du pass sanitaire (qui crée une distinction entre les personnes en fonction de leur statut vaccinal et qui accroît encore un peu plus la perte d’anonymat dans l’espace public) ont pu considérer que la vaccination obligatoire serait une voie moins contestable d’un point de vue « démocratique ». Cependant, le gouvernement a toujours répété son opposition à une telle mesure. Dans une interview accordée ce week-end, le ministre de la Santé, Olivier Véran a une nouvelle fois expliqué qu’elle serait particulièrement difficile à contrôler (même si on observe bien depuis le début de l’épidémie qu’un certain nombre de dispositifs qui étaient jusqu’alors considérés comme impensables ont finalement été déployés).

Des arguments contraires, une expérience édifiante

Dans le débat sur la vaccination obligatoire, les limites logistiques et juridiques s’ajoutent à des considérations éthiques qui concernent la question du consentement et de l’autodétermination mais également la légitimité d’imposer un vaccin qui n’offre pas une protection à 100 % contre la transmission. Cependant, a contrario, la situation catastrophique actuelle aux Antilles est un plaidoyer grandeur nature en faveur de la vaccination, soutenant potentiellement la pertinence de sa large imposition. Quel regard les professionnels de santé portent-ils sur un tel débat ?

Même position chez les Français et les professionnels de santé

Un sondage réalisé dans nos colonnes du 28 juillet au 10 août révèle que 51 % des professionnels de santé ayant participé (1 364 répondeurs) seraient favorables à une vaccination obligatoire de toute la population adulte, tandis que 30 % se prononcent pour que cette obligation s’impose dès l’âge de 12 ans. Ce taux élevé est la marque d’une confiance sans ambiguïté dans la capacité des vaccins à contrôler les conséquences hospitalières de la circulation du virus. Il fait écho aux résultats observés dans la population générale : un sondage réalisé par Odoxa pour France Info, le Figaro et Bacbone Consulting, début juillet, révélait en effet que 58 % des sondés étaient favorables à une obligation vaccinale en population générale.

Sondage réalisé sur le site JIM.fr du 29 juillet au 11 août 2021

L’obligation vaccinale n’a jamais été un tabou chez les professionnels de santé

A contrario, la proportion de professionnels de santé s’opposant à toute forme d’obligation est de 26 %. En effet, outre les 51 % de répondeurs pour une vaccination obligatoire en population générale, 7 % plébisciteraient une vaccination systématique des professionnels en rapport avec le public et 15 % des professionnels et des sujets à risque. Ainsi, au total, 73 % des participants au sondage approuvent une forme d’obligation. Outre la perception de la gravité de la situation par les soignants, ces résultats rappellent comment l’obligation vaccinale est généralement perçue comme une méthode légitime. Ainsi, par le passé, se sont-ils montrés favorables à l’obligation vaccinale contre la grippe, à l’extension des obligations vaccinales concernant les nourrissons, tandis qu’ils étaient avant cette mesure favorable à une immunisation imposée contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Une infirmière sur deux hostile à toute forme de contrainte

Cependant, sans surprise, des différences très nettes sont constatées en fonction des métiers. Ainsi, seuls 28 % des infirmières se prononcent en faveur d’une obligation vaccinale de tous les adultes (et 16 % dès 12 ans), quand 53 % sont opposées à toute forme d’obligation. Chez les médecins, au contraire, 18 % refusent l’idée d’une quelconque obligation, mais 56 % approuveraient une vaccination imposée de tous les adultes. Ces disparités sont systématiquement constatées dans ce type de consultation. Les réactions de nos lecteurs laissent deviner que l’hostilité des infirmières est notoirement marquée par le rejet de toute forme de contrainte en matière de vaccination ; qu’il s’agisse d’elles-mêmes ou des patients. Défiance quant à l’innocuité à long terme et la parfaite efficacité des produits contre la Covid, inquiétude quant au risque de créer un sentiment de « fausse protection », souhait que soit reconnu le libre choix de chacun : les raisons de cette position sont multiples. Cependant, au-delà de ces différences prévisibles, les résultats de ce sondage montrent que loin d’être convaincue par les réticences juridiques ou éthiques mises en avant par certains, une majorité de professionnels de santé paraît considérer qu’une mesure simple et claire devrait pouvoir s’imposer compte tenu de la situation et de la qualité des vaccins disponible.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (15)

  • Efficacité de la vaccination des plus vulnérables vs vaccination en population générale : la question

    Le 12 août 2021

    Acter une obligation vaccinale pour des vaccins non stérilisants loin de stopper la transmission ?! Les dernières études sur l'impact des vaccins sur la transmission du variant delta sont de moins en moins convaincantes. Une question me paraît importante, qu'est ce qui a tari les hospitalisations, la vaccination des plus fragiles à risque de formes graves ou bien la vaccination des enfants ? Je n'ai pas vu d'études comparatives sur l'efficacité à l'échelle d'une population sur le nombre d'hospitalisation liées au covid entre une vaccination ciblée intensive et proactive sur les plus à risque vs vaccination de tous et encore plus intéressant vs une vaccination majoritaire chez les plus jeunes.
    Avoir la réponse à cette question me paraît être la moindre des choses avant d'acter de telles décisions extrêmes et dangereuses au niveau social et éthique et d'affirmer que si on a moins d’hospitalisations c'est parce que nous avons vacciné les plus jeunes! Si quelqu'un a une référence qui réponde à cette question merci de partager!

    Dr N.HOUCINAT

    Dr N.H

  • Obligation de vaccination pour les vulnérables, peut-être...

    Le 13 août 2021

    La vaccination garde ses indications pour prévenir les formes graves, chez les personnes vulnérables en particulier, bien sûr.
    Mais l'indication d'une obligation de vaccination contre la Covid de toute la population majeure paraît obsolète lorsqu'on évalue la situation de Malte :
    - 90,91% de la population complètement vaccinés
    - 101,9 infections par 100 mille habitants le 12.08.2021

    https://ourworldindata.org/coronavirus/country/malta
    https://coronavirus.jhu.edu/region/malta
    https://covid19.who.int/region/euro/country/mt
    https://www.ecdc.europa.eu/en/cases-2019-ncov-eueea

    Dr J.Hambura

  • Il y a complotiste et complotiste

    Le 13 août 2021

    Immunité collective avec un vaccin de nature nouvelle, quel risque potentiel pour l'avenir des jeunes? Une zoonose, ce n'est pas la polio!
    Bref, admettons!
    Mais nous sommes en phase III de l'étude, il y a plusieurs milliards de doses injectées, et lorsque les vaccinés , certains du moins, présentaient des effets secondaires, par exemple thrombose cérébrales, troubles des règles, on devrait en retrouver, dans une proportion peut être identique, mais davantage en valeur absolue§? D’où la détermination de sous populations à risque d'effets secondaires majorés aboutissant à des contre-indications vaccinales: cela me semble logique, ou je rêve! Et bien rien de cela.... Il y a quelque chose qui me gène profondément, cela est illogique, et manque de bon sens le plus élémentaire, je doit être complotiste! Si réfléchir, poser des questions, attendre des réponses, c'est être complotiste, alors je suis complotiste, et c'est bien dommage, parce qu'il y a "complotiste et complotiste"!
    Dr J-P VASSE

Voir toutes les réactions (15)

Réagir à cet article