Exclusif : les professionnels de santé imposent le port du masque en cabinet et à l’officine

Paris, le mercredi 6 avril 2022 – Nos lecteurs libéraux n’hésitent pas à imposer le port du masque à leurs patients.

Depuis le 14 mars dernier, les Français et en particulier les médecins libéraux et les pharmaciens sont confrontés à un choix difficile (si ce n’est cornélien) : porter ou non un masque en intérieur. Jusqu’à cette date, les choses étaient relativement simples : le port du masque était obligatoire et les Français n’avaient pas d’autre choix que de le porter s’ils ne voulaient pas écoper d’une amende de 135 euros. Mais à la faveur du recul de l’épidémie et surtout des hospitalisations les restrictions ont été allégées et le port du masque n’est désormais imposé que dans les transports en commun et les établissements de santé.

Médecins, pharmaciens et infirmiers sur la même ligne

Les cabinets médicaux et les pharmacies (qui ne sont pas des établissements de santé au sens de la loi) se trouvent eux dans une position intermédiaire. Selon l’article 1 III du décret du 12 mars 2022, c’est désormais au responsable du cabinet ou de l’officine (donc au professionnel de santé) de décider s’il impose ou non le port du masque à ses salariés et patients. Les professionnels de santé libéraux découvrent ainsi que le retour de la liberté signifie aussi le retour du choix.


Sondage réalisé sur le site JIM.fr du 20 mars au 4 avril 2022


Pour nos lecteurs, le choix est tout fait. Ainsi, selon un sondage réalisé sur notre site entre le 20 mars et le 4 avril (539 réponses), 76 % des professionnels de santé exerçant dans un cabinet libéral ou en officine imposent le port du masque à leur patientèle. Ils ne sont que 21 % à estimer qu’il faut laisser la liberté de choix à leurs patients. Toutes les professions sont unanimes : 86 % des pharmaciens imposent le port du masque à leurs clients et 82 % des médecins à leurs patients. Les infirmiers sont à peine moins favorables au maintien du port du masque : 73 % l’imposent à leurs patients.

Les professionnels constants dans leur défense du masque

Malgré la vaccination de masse et la prédominance de variants moins dangereux, les professionnels de santé semblent donc privilégier la prudence et considérer qu’il vaut mieux continuer à se protéger pendant encore quelques temps. Sur ce sujet, nos lecteurs qui exercent en libéral rejoignent l’avis de leurs représentants. Le 14 mars dernier, le Dr Jérôme Marty, président de l’Union française pour une médecine libre (UFML), avait ainsi estimé que « le maintien du port du masque au sein des salles d’attente et des lieux de soins est indispensable ». Dans une lettre adressée aux conseils départementaux, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) considérait quant à lui que « la déontologie médicale recommande, en période épidémique, le maintien du port du masque dès lors qu’il contribue à protéger les patients ».

La position de nos lecteurs libéraux a sans doute été encore renforcé par le rebond épidémique de ce mois de mars (les contaminations quotidiennes ont presque triplé en un mois), rebond qui a conduit de nombreux observateurs à considérer que la levée des restrictions sanitaires et l’abandon du masque en intérieur avait été trop rapide. On peut tout de même reconnaitre à nos lecteurs une certaine constance dans leurs opinions malgré les flux et reflux épidémiques : interrogé début février alors que la cinquième vague était en baisse, 69 % des professionnels de santé interrogés étaient favorable au maintien du port du masque en intérieur.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Positions des Conseils de l'Ordre

    Le 06 avril 2022

    Ce sont aussi les conseils de l'ordre qui nous conseillent fortement de garder le masque et de "l'imposer" à nos patientes au cabinet et en dehors lorsqu'elles sont enceintes...

    Laurence TG, sage femme

  • Sur les termes utilisés

    Le 07 avril 2022

    L'article est très intéressant mais il serait bon de parler de "patients" aussi pour le pharmacien.

    Dominique Hoarau (pharmacien)

  • Garder le masque comme objet usuel…

    Le 07 avril 2022

    Je suis tout à fait en accord avec ce choix. Les professionnels de santé sont des gens responsables et n’ont pas à opter pour le relâchement, et la démagogie. Dès le début de la pandémie, alors même que certains déclaraient le masque inutile ou nuisible, j’espérais qu’il devienne un objet ou accessoire usuel en matière d’hygiène, à la manière de certains pays asiatiques. Certaines professions de bouche, très voire trop médiatisées, feraient bien d’en prendre de la graine…

    Dr Bernard Dumas

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article