Exclusif : une majorité de professionnels de santé défavorable à l’inscription d’un droit à l’IVG dans la constitution

Paris, le – Vendredi 24 juin, par cinq voix contre quatre, les juges fédéraux de la Cour Suprême des Etats-Unis ont choisi de revenir sur la jurisprudence du célèbre arrêt Roe V. Wade de 1973 qui avait fait de l’avortement un droit constitutionnel.

La conséquence de cette décision était de permettre désormais aux différents états de l’Union d’interdire l’interruption volontaire de grossesse, ce qui leur était impossible depuis près de 50 ans. Aussi, très rapidement, notamment grâce au système législatif des trigger laws, vingt-deux états sont revenus sur les législations en vigueur sur leur territoire, en restreignant considérablement les conditions d’accès à l’avortement.

Contournement

Depuis, la bataille fait rage entre les pro-vie et les pro-choix. Ainsi, le président des Etats-Unis Joe Biden a signé une directive présidentielle permettant aux médecins urgentistes de réaliser des avortements en cas de danger pour la vie de la femme, même si les lois locales interdisent l’IVG.

Une disposition contre laquelle le Texas a immédiatement déposé un recours, considérant que le chef de l’Etat cherchait ainsi à « bafouer » l’arrêt du 24 juin.

Affichage et décalque artificiels

Mais, on le sait, il n’est pas qu’outre-Atlantique que cette décision a soulevé une importante émotion. Ainsi, dès le lendemain, une quarantaine d’avocats français prenaient la plume pour signer dans le Journal du Dimanche une tribune considérant qu’il fallait « constitutionnaliser » le droit à l’avortement en France.

Très vite, des députés de la majorité se sont emparés de la question et déposé une proposition de loi dans ce sens, assurés du soutien du gouvernement, même si sous la mandature précédente, le Président de la République s’était montré bien plus réservé sur le sujet.

De nombreux commentateurs n’ont pas manqué de considérer que ce texte des élus de la majorité pourrait être considéré comme un affichage facile. Cette transposition de la vie politique américaine en France est d’autant plus déconcertante que dans notre pays aucun parti politique représenté à l’Assemblée nationale ne se déclare opposé à l’IVG.

Des professionnels divisés

Sans doute, ces considérations politiques expliquent en partie que chez les professionnels de santé, l’idée d’une constitutionnalisation du droit à l’IVG ne fait pas l’unanimité.

Un sondage réalisé sur notre site du 30 juin au 18 juillet révèle en effet que 50 % de nos lecteurs sont plutôt réticents à l’idée de voir l’IVG consacrée dans le texte républicain, tandis que 44 % y sont favorables et que 6 % ont préféré ne pas se prononcer, peut-être pour que leur opposition à la constitutionnalisation ne puisse pas être perçue comme une opposition plus large à l’IVG.

 

Sondage réalisé sur JIM.fr du 30 juin au 17 juillet 2022


Suscitant un intérêt certain (comme en témoignent les 916 répondeurs), la question divise les professionnels. Ainsi, 73 % des sage-femmes (le nombre de répondeurs est cependant restreint) et 58 % des infirmières adhèrent à l’idée de voir l’IVG protégée par la constitution, tandis que 57 % des médecins et 51 % des pharmaciens y sont hostiles.

Cette répartition peu surprenante n’est probablement pas étrangère aux taux de féminisation de ces professions et à la proximité personnelle et professionnelle avec ce sujet. Cependant, nous l’avons déjà évoqué, ces résultats cachent sans doute différentes intentions.

Le refus de l’inscription du droit à l’IVG dans la constitution peut en effet signifier une défiance vis-à-vis de l’IVG en général ou plutôt le sentiment qu’aucune urgence ne réclame une telle mesure en France (contrairement aux Etats-Unis) et le désir qu’une certaine souplesse demeure, si jamais les équilibres politiques étaient modifiés et penchaient alors en faveur d’une restriction de l’accès à l’IVG.

Si cette inscription dans le texte de la constitution de la Vème République était cependant votée par les deux assemblées en termes identiques (ce qui parait douteux compte tenu de la majorité requise) certains regretteront probablement qu’une décision d’une Cour américaine (fut-elle suprême) puisse influencer ainsi la main de nos représentants qui selon l’expression consacrée devrait rester tremblante lorsqu’il s’agit de modifier notre texte suprême…

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (8)

  • Lecteurs du JIM

    Le 20 juillet 2022

    Je suggère que vous modifiiez le titre de ce papier. En effet, comme vous le dîtes dans le texte, ce sondage concerne seulement vos lecteurs. Cependant cet article est intéressant. Il aurait été surprenant que les professionnels ayant répondu soient massivement en faveur du droit des femmes à choisir et à rendre ce droit inattaquable en l'inscrivant dans la Constitution. Le corps médical n'a encore jamais démontré un grand courage sur ce sujet comme sur d'autres en matière d'égalité homme-femme. Mais le monde bouge et les droits acquis doivent être protégés !

    Dr Luc de Bernis

  • Fais moi peur

    Le 21 juillet 2022

    Qui connait un mouvement politique ayant simplement présenté des candidats aux élections des 12 derniers mois et qui se soit prononcé contre le droit à l'IVG ?
    Mettre les congés payés dans la constitution des fois que... ? Aimer se faire peur ! Constitutionnaliser tous les militantismes, fussent-t-ils légitimes ?
    Les comparaisons avec les USA, fédérales, ont des limites très vites atteintes même si des relents idéologiques de puritanisme ou d'"alternativité" nous parviennent et nous polluent régulièrement.
    Notons que la notion de "Race" reste présente dans le préambule de notre constitution.
    La question des droits et de leur sacralisation reste plus souvent évoquée que celles des devoirs.

    Dr Jean-Paul Bonnet

  • IVG et Constitution

    Le 24 juillet 2022

    La Constitution est faite pour organiser le fonctionnement de la Nation et des pouvoirs publics dans les grandes lignes et non pour aller dans les détails. Sinon, tous les Codes (lois et décrets) devraient être intégrés à la constitution.
    Le droit à l'IVG, ou au logement, ou au travail ou le droit à tout ce qu'on veut, n'a pas sa place dans la constitution. Cela n'a rien à voir avec le fait d'être favorable ou non à l'IVG.

    Dr Jean-Bernard Bonte

Voir toutes les réactions (8)

Réagir à cet article