Joe Biden passe la main aux Etats face à Omicron

Washington, le mardi 28 décembre 2021 – Près d’un an après l’arrivée au pouvoir de Joe Biden, les États-Unis sont loin d’être débarrassés de la Covid-19.

Depuis quelques jours, Joe Biden multiplie les interventions télévisées sur la situation épidémique aux États-Unis. Sa dernière déclaration de ce lundi, avant une réunion à distance avec les 50 gouverneurs, sonnait comme un constat d’échec : « il n’y a pas de solution fédérale à la crise, c’est aux États de la régler ». Celui qui s’est fait élire sur la promesse d’une gestion plus humaniste et efficace de la crise sanitaire est toujours sans solution face au Covid-19.

Comme la plupart des pays du monde, les États-Unis font actuellement face à une augmentation très rapide du nombre de contaminations, due au variant Omicron, qui représente déjà 70 % des cas outre-Atlantique. Plus de 240 000 nouvelles infections sont comptabilisées chaque jour actuellement aux États-Unis (contre seulement 80 000 fin novembre) et le record de janvier 2021 (plus de 300 000 contaminations quotidiennes) devrait être bientôt atteint.

Réduction de la durée d’isolement et pénurie de tests

Pour éviter un blocage de la société et de l’économie dû à l’augmentation rapide des cas, le CDC a annoncé ce lundi que la période d’isolement serait dorénavant réduite de 10 à 5 jours pour les personnes contaminées asymptomatiques et de 14 à 5 jours pour les cas contacts non-vaccinés. Une modification des règles « justifiée par la science » explique le CDC. Fort heureusement, cette poussée Omicron est pour l’instant sans conséquence sur les hospitalisations et la mortalité, qui reste stable autour des 1 200 décès par jour (contre 2 000 morts quotidiens lors de la vague Delta de septembre).  

Sans doute le nombre de cas réel est encore plus important, mais les États-Unis sont actuellement touchés par une pénurie de tests. Avant de passer Noël en famille, les Américains se sont en effet rués sur les autotests tandis que les files d’attente pour se faire dépister parsemaient le pays. Dans une allocution télévisée du 21 décembre dernier, le président américain avait promis que le gouvernement fédéral allait distribuer 500 millions d’auto-tests gratuits aux Américains. Problème : ces tests ne seront probablement livrés que fin janvier, laissant les États-Unis dans le flou quant à l’évolution de l’épidémie. « Nous nous attaquons au problème des tests, cela sera bientôt corrigé » a tenté de rassurer le Pr Anthony Fauci, principal conseiller scientifique de la Maison Blanche depuis le début de l’épidémie.

Biden et Trump unis sur la vaccination

Dans ses dernières interventions, le président Biden a, insisté à nouveau sur l’importance de la vaccination pour combattre l’épidémie. « Le choix de ceux qui ne se vaccinent pas ne les met pas seuls en danger, mais affecte d’autres gens et ce choix peut faire la différence entre la vie et la mort » a-t-il déclaré. Son projet de pass sanitaire en entreprise est actuellement au cœur d’une bataille juridique (qui devrait se conclure devant la Cour Suprême) et politique, plusieurs gouverneurs républicains mettant tout en œuvre pour éviter son entrée en vigueur.

Avec seulement 61 % de double vaccinés et 20 % de triple-vaccinés, les États-Unis sont à la traine sur la vaccination par rapport aux autres grandes nations occidentales. Le taux de vaccination est très disparate selon les États. Au Vermont, État progressiste du nord-est, 77 % des habitants sont double-vaccinés, contre seulement 46 % dans l’Idaho, État conservateur du nord-ouest. Dans ce combat pour la vaccination, Joe Biden a reçu un soutien inattendu : celui de son prédécesseur et adversaire Donald Trump, qui a rappelé dans une interview que le « vaccin est efficace » et que « les personnes vaccinées ne meurent pas du Covid ». « C’est l’une des rares choses sur lesquelles nous sommes d’accord » a commenté le président Biden. Un petit miracle de Noël.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Deux poids deux mesures

    Le 28 décembre 2021

    Biden Président dit aujourd’hui « « il n’y a pas de solution fédérale à la crise, c’est aux États de la régler ».
    Il aurait été pertinent de rappeler que Biden Candidat disait exactement l’inverse !
    Oui , mais c’était Trump President alors tous les biais sont permis ...

    Dr Jean-Yves Marandon

Réagir à cet article