L’Assemblée Nationale augmente le budget de l’AME malgré les critiques

Paris, le vendredi 9 novembre 2018 - Les députés de la majorité, soutenus par la gauche, ont voté ce jeudi l’augmentation du budget de l’Aide Médicale d’État (AME), système qui assure l’accès aux soins des étrangers en situation irrégulière, dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2019. Une hausse qui ne passe pas auprès de l’opposition de droite et d’extrême-droite.

L’Aide Médicale d’État (AME), ce dispositif qui permet aux étrangers en situation irrégulière résidant en France depuis plus de 3 mois de bénéficier d’un accès aux soins, est dans le viseur de l’extrême-droite depuis des années. Le Rassemblent national, qui voit en l’AME une des « pompes aspirantes de l’immigration » selon les termes de sa présidente Marine Le Pen, a présenté ce jeudi trois amendements dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour réduire de 95% le budget de l’AME et dédier les 5% restant aux soins urgents. Des amendements évidemment rejetés par la majorité qui a au contraire voté une augmentation de 53 millions d’euros du budget de l’AME, qui passera en 2019 à 943 millions d’euros.

Des Républicains très proches du Rassemblement national

Les parlementaires d’extrême-droite ont été soutenus par leurs collèges Les Républicains dans ce combat contre l’AME. Adoptant une formulation très proche de Marine Le Pen, le débuté LR de la Moselle Fabien Di Filippo a, en évoquant l’AME, dénoncé un système « qui participe à l’appel d’air qui pousse les migrants à venir en France ».

En réponse à ces critiques, le ministre de la santé Agnès Buzyn a souligné l’absurdité de l’amendement proposé par le RN : « un amendement extrêmement dangereux et qui couterait au final plus cher à la société ». « Je ne connais pas une seule maladie où la traiter tard couterait moins cher que de la traiter tôt » a-t-elle encore souligné.

Au-delà des polémiques politiciennes sur la politique migratoire, l’AME n’est pas exempte de critiques quant à son fonctionnement. L’association Médecins du Monde (qu’on peut difficilement accuser de collusion avec l’extrême-droite) a ainsi dénoncé la complexité du système, qui pousse les sans papiers à se faire soigner très tardivement. Elle demande donc la suppression de l’AME et sa fusion avec la PUMa (protection universelle maladie) afin que les étrangers en situation irrégulière soient intégrés dans le régime général.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article