Le Danemark, le pays qui refuse le masque

Paris, le vendredi 22 mai 2020 - Dans une Europe endeuillée par la Covid-19, le Danemark fait globalement figure de bon élève. Le 29 avril, les autorités danoises pouvaient affirmer sans crainte que « l’épidémie était désormais sous contrôle ». A la date du 21 mai, le pays comptait un total de 561 morts (soit 96.8 morts par million d’habitant, un chiffre proche de celui de l’Allemagne).

La clé du succès Danois repose sur trois piliers.

Tout d’abord, le pays a mis en place dès le 22 mars une stratégie « offensive » de dépistage de la population, et ceci malgré la pénurie qui frappait également le pays. En outre, et comme en France, le pays a su augmenter ses capacités hospitalières en créant des établissements et des lits supplémentaires en réanimation. Enfin, le succès s’explique par le civisme des habitants et le strict respect des recommandations préconisées par les autorités de santé danoise : distanciation physique, lavage des mains et socialisation limitée.

Le pays pourrait apparaitre comme un modèle à suivre. Et pourtant, un élément détonne dans ce tableau : le refus du pays d’édicter une recommandation générale en faveur du port du masque.

Pas de preuve, pas de masque

Parmi les pays européens, le royaume est l’un des rares à ne pas émettre une telle recommandation. Mieux : les autorités vont même jusqu’à déconseiller son utilisation.

Pour les autorités danoises, la justification est simple : l’utilité du port du masque ne serait tout simplement pas prouvée.

Hans Jorn Jepsen Kolmos, microbiologiste et chercheur au CHU d’Odense résume ainsi le débat : « ce n’est pas une question de croire au masque ou pas (…) la position des autorités sanitaires est que, pour l’instant, nous n’avons pas de preuve clinique, scientifique, disant que les masques peuvent protéger efficacement le grand public. »

Adoptant une position proche de celle de l’OMS, les autorités danoises estiment que, même si certaines études partielles vont dans le sens de l’utilité du masque, le problème est que sa mauvaise utilisation par la population risquerait d’augmenter les risques d’infections plutôt que de les réduire.

Ainsi, le Professeur Brian Kristensen, chef de l’unité centrale des infections et de l’hygiène à l’Institut de sérologie d’État estime d’ailleurs qu’il est illusoire « de croire que cette protection constitue un rempart contre le Covid-19 pour les citoyens. Elle procure une fausse sécurité et peut dans le pire des cas propager le virus. »

En l’absence de « preuve scientifique » et tant que le bilan des morts reste stable, les autorités danoises indiquent ne pas vouloir changer de cap.

Distanciation physique sauf pour le sexe !

A ce stade, cette stratégie semble porter ses fruits : si le taux de reproduction du virus a légèrement augmenté suite à la reprise des activités dans les écoles, celui-ci reste en dessous de 1.

Mais récemment une déclaration du directeur général de la santé publique danois a de quoi susciter l’amusement ou le trouble. Søren Brostrøm, a déclaré que même les célibataires ne devaient pas s’empêcher d’avoir des relations sexuelles, même avec de multiples partenaires. La raison évoquée est simple à comprendre : « le sexe est bon. Le sexe est sain… Bien sûr que vous pouvez avoir du sexe dans cette situation. »

Or, il n’est pas besoin d’attendre une étude scientifique pour savoir que les pratiques sexuelles sont plutôt incompatibles avec le respect des gestes barrières… avec ou sans masque !

CH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • On nage en plein délire !

    Le 22 mai 2020

    Évidemment, il n'a jamais été utile de se munir de masque au contact de cette autre pathologie
    aéroportée qu'on appelle la tuberculose ... Idem pour les rapports sexuels (sans masques ...) vivement conseillés dans le cadre de cette pathologie... On nage en plein délire !
    J'avais l'impression d'avoir entendu les pires âneries de la part de nos responsables, mais là
    chapeau, ils sont battus
    P.S : mon est épouse est danoise...

    Dr Alain Machenaud

  • Comparaison n'est pas raison

    Le 24 mai 2020

    Chercher au Danemark une justification a posteriori des errements de nos gouvernants (politiques et certains experts), ne me parait pas fondé pour deux ou trois raisons:

    -la densité de population est plus de 20 fois plus faible au Danemark (4 hab/Km2) qu'en France (130 hab/Km2) France et dans la majorité des pays européens du Sud et de l'Ouest.
    Les grandes agglomérations à très forte densité y sont très rares.

    - Le niveau de vie moyen est je crois très supérieur.

    - Et la confiance écoute pédagogie des gouvernants vis à vis des citoyens probablement meilleure!

    Bref, le pari de ne pas porter le masque va probablement s'avérer raisonnable chez eux, ce qui ne sous entend pas qu'il l'aurait été chez nous. Peut être fausse sécurité au Danemark où on peut probablement respecter assez facilement les autres gestes barrière, ce qui n'est pas le cas dans nos régions les plus touchées.

    Donc un peu comme pour l'HCQ, fallait il attendre une preuve scientifique? A quel prix éthique?

    Enfin, le port du masque me parait moins contraignant et "liberticide" que bon nombre d'autres mesures restrictives : promenades en forêt, course à pied, vélo sportif etc qui sont à l'évidence "liberticides" pour un bénéfice attendu minime voire nul.

    Dr Vincent Praloran

Réagir à cet article