Le suicide d’un chef de clinique au CHRU de Tours interroge sur les conditions de travail

Chambray les tours, le jeudi 21 juillet 2021 - La Nouvelle République révèle que le 15 juillet dernier a été découvert dans une chambre de l’internat le corps sans vie d’un chef de clinique exerçant dans le service d’orthopédie de l’hôpital Trousseau de Chambray-lès-Tours (CHRU de Tours).

Selon ses collègues, il aurait mis fin à ses jours et une autopsie réalisée ce lundi a écarté la piste criminelle, faisant de la thèse du suicide la piste privilégiée.

Pour autant l’hôpital ne confirme pas et rappelle « qu’une enquête judiciaire a été ouverte dès le 15 juillet par Monsieur le Procureur de la République pour établir les circonstances du décès »

Dans un communiqué publié le 19 juillet, le CHRU de Tours dit avoir déclenché une cellule d'urgences médico-psychologique. Une trentaine de professionnels qui côtoyaient le médecin ont été reçus. La direction précise que cette cellule « continue à répondre aux sollicitations » et qu’un CHSCT sera réuni cette semaine, avec les syndicats.

Le CHRU va également diligenter une « enquête administrative » qui « aura pour objectif de déterminer les liens éventuels entre la situation professionnelle de ce médecin et son décès »

« Ce jeune praticien était bien connu et apprécié des équipes du CHRU. Il a réalisé ses études de médecine à la faculté de médecine de Tours » indique la direction de l’hôpital dans un communiqué. Ses collègues ont de leur côté décrit un homme « apprécié », connu pour « son professionnalisme » et son « caractère jovial » rapporte la nouvelle république.

Si le caractère multifactoriel d’un suicide ne saurait être nié, soulignons que depuis plusieurs mois, des internes de ce CHU font état d'une ambiance « nocive ». Les équipes pointent aussi dans cette affaire la réaction tardive de l’hôpital qui n’aurait « même pas organisé de minute de silence ».

Rappelons également qu’il y a un an, en juillet 2021, un interne en médecine générale de la subdivision de Tours, en stage à Orléans, s’était donné la mort.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article