L’Europe est-elle prête pour le passeport vaccinal ?

Paris, le jeudi 14 janvier 2021 - Depuis plusieurs semaines, les colonnes du JIM font l’écho des discussions éthiques et juridiques entourant l’instauration d’un passeport vaccinal en France.

Mi-décembre, plusieurs députés du groupe UDI avaient avancé l’idée de l’instauration d’un véritable « passeport vert » permettant aux personnes vaccinées d’accéder en priorité à certains lieux publics. Une proposition inspirée d’une mesure prise par le gouvernement israélien. A l’époque, le gouvernement français avait écarté cette possibilité.

Mais depuis, les polémiques sur la lenteur de la campagne de vaccination (contrastant avec le succès israélien) semblent remettre le débat sur le devant de l’actualité. D’autant plus qu’en Europe, le Premier Ministre grec évoque publiquement l’idée d’instaurer un tel passeport au niveau de l’Union Européenne.

Sauver le tourisme

En Europe, actuellement, les contraintes posées par les états pour l’entrée sur leur territoire vont de la simple présentation d’un test PCR jusqu’à la fermeture stricte des frontières. Des restrictions qui réduisent considérablement les vols internationaux. Or, pour les pays du sud de l’Europe, la reprise du tourisme constitue un enjeu vital pour éviter l’effondrement pur et simple de leur économie. En Grèce, le tourisme représente plus de 15 % du produit national brut.

Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a donc plaidé mardi en faveur de la création d'un passeport vaccinal à l'échelle européenne afin de relancer le trafic aérien transfrontalier. La Grèce a déjà mis au point son propre certificat sanitaire destiné à prouver que l'on a été vacciné contre la Covid-19.

« Même si nous n'allons pas rendre la vaccination obligatoire ou en faire une condition préalable en cas de déplacement, les personnes vaccinées devraient être libres de voyager (...).  Il est urgent d'adopter un accord commun sur la manière dont un certificat de vaccination doit être structuré de sorte qu'il soit accepté dans tous les États membres » a notamment déclaré le Premier Ministre grec dans une lettre adressée à la présidente de la commission européenne.

Les partisans de cette idée rappellent l’existence du « carnet jaune », le certificat de vaccination de l’Organisation mondiale de la santé contre la fièvre jaune exigé à l’entrée de plusieurs pays d’Afrique. Les scientifiques y sont plus ouverts qu’au « certificat d’immunité », qui aurait concerné les personnes déjà touchées par la Covid-19.

Objections juridiques ou politiques ?

Depuis décembre 2020, l’administration bruxelloise travaille, en lien avec l’OMS, à l’élaboration d’un certificat de vaccination électronique sécurisé à l’échelle du bloc, contenant la date de la vaccination et son fabricant. Athènes le relie explicitement à la question de la mobilité.

Si la Belgique, la Hongrie et l’Espagne sont favorables à l’instauration du passeport, la France semble pour l’instant toujours sceptique. En effet, pour Paris, la mesure porterait un coup dur au principe de libre circulation des personnes au sein de l’espace Schengen. Comme le souligne Le Monde, le secteur du tourisme semble lui aussi divisé sur la question. Face à la lenteur de la campagne de vaccination (en Europe mais surtout en France) la présentation d’un test PCR semble l’option la plus raisonnable pour envisager une reprise du tourisme à l’été prochain.

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • La charrue devant les boeufs

    Le 14 janvier 2021

    Sans refaire le café du commerce, tout ce qui s'annonce comme une initiative sanitaire europeénne consensuelle indique que l'épreuve du temps doit être prise en compte.

    Personne ne discutera le vocation INCITATIVE du "concept" et son arrière plan économique, tourisme, transports : Le prix à payer est d'avaler quelques couleuvres ?

    La notion de passeport suppose une efficacité identique des différentes plateformes en cours ou à venir, une action établie sur la dynamique de transmission vaccinale : Supputations.

    En France, l'idée pourra être ré-activée lorsque l'ensemble de la population se sera vu proposée le vaccin.

    Et les enfants : pas d'évaluation vaccinale crédible à ce jour. Moins malade c'est sûr, moins porteurs - transmetteurs : Faux :

    Muge Cevik, Matthew Tate, Ollie Lloyd et coll. SARS-CoV-2, SARS-CoV, and MERS-CoV viral load dynamics, duration of viral shedding, and infectiousness: a systematic review and meta-analysis . Lancet Microbe Nov19, 2020 DOI:https://doi.org/10.1016/S2666-5247(20)30172-5

    Johansson MA, Quandelacy TM, Kada S, et al. SARS-CoV-2 Transmission From People Without COVID-19 Symptoms. JAMA Netw Open. 2021;4(1):e2035057. doi:10.1001/jamanetworkopen.2020.35057

    Il me reste à préciser que je me ferai vacciner dés que possible , avant mes grands enfants pour une fois.
    Quant aux dépistages PCR : Toutes les RT-PCR ne se valent PAS, hors variant puis per variant : Faux négatifs voir positifs re-deviennent d’actualité impactant diagnostic comme dépistage.
    RT-PCR ThermoFisher ? : Bien peu disponible en France
    Alors on peut réfléchir au passeport : Rien ne presse. Ou ré-utiliser l'analogie avec la fièvre jaune etc ?

    La charrue devant les Boeufs, au figuré bien sur (?).

    Dr JP Bonnet

  • 2 poids 2 mesures

    Le 15 janvier 2021

    Au nom du droit des irresponsables à ne pas se faire vacciner, à rester transmetteurs potentiels et à risquer une forme grave de la malade, les citoyens responsables, majeurs et vaccinés qui ne risquent plus de formes graves et sont probablement très faiblement contaminants sinon a-contaminants se verront donc toujours privés de leurs droits (eux aussi en ont ..) à libre circulation, accès aux lieux publics etc ... Les restaurateurs, cultureux et commerçants divers continueront à faire faillite, les entreprises à tourner au ralenti, tout cela au nom de la non-discrimination envers les inévitables 10% de demeurés réfractaires du pays. Cette façon de raisonner à l'envers est caractéristique de la caste bobo-bureaucratique parisienne qui "dirige" le pays.

    Dr Pierre Baque

  • L'abus de jargon est mauvais pour santé publique

    Le 15 janvier 2021

    L'expression journalistique "passeport vaccinal" a évidemment fait florès : voilà un nouveau "buzzword" pour alimenter fantasmes et polémiques dont la France adore se repaître.
    Si l'on se contentait de parler de choses simples et anciennes, on n'aurait bien sûr pas la moindre audience. Aussi exit le simple certificat de vaccination, cette bonne vieille "attestation délivrée pour valoir ce que de droit". C'est pourtant bien ce qu'il faut exiger de se voir remettre quand on a reçu une vaccination complète, et il est inadmissible que l'administration, si tatillonne et paperassière, n'ait pas prévu une distribution systématique de certificats.

    La véritable question est alors : un organisme touristique, un commerçant, un organisateur d'événement, un transporteur, a t-il le droit de refuser l'accès à ses services à une personne ne possédant pas ce précieux sésame ?

    Personnellement, je pense que chacun est libre de recevoir chez lui qui il veut. Depuis toujours, mon dentiste, mon restaurant préféré, mon avionneur, n'acceptent que les gens ayant une réservation - les autres sont refoulés.

    Dr Pierre Rimbaud

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article