Majoration estivale : les PH dubitatifs

Paris, le mercredi 5 octobre 2022 – L’intersyndicale APH dénonce un certain flou dans la communication autour des majorations promises aux PH durant l’été.

Après un été sous tension, où les établissements hospitaliers ont mis en place les mesures transitoires issues de la fameuse mission flash du ministre de la Santé François Braun, il est l’heure du bilan. Si le syndicat SAMU-Urgences de France (SUdF), l’ancien syndicat du Dr Braun, a jugé plutôt efficaces et pertinentes les mesures mises en place cet été, l’intersyndical Action Praticiens Hospitaliers (APH) a quant à lui dressé un bilan bien plus négatif, notamment sur la question des majorations estivales.

Pour rappel, un décret du 29 juin dernier a mis en place, entre le 1er juin et le 15 septembre, un doublement de la rémunération du temps de travail additionnel (TTA) au-delà de 48 heures par semaine et une majoration de 50 % du montant des gardes. APH a interrogé 2 050 médecins hospitaliers (dont 93 % de PH) sur ces mesures.

Des mesures de majorations plébiscitées dans leur principe


Sans surprise, elles sont plébiscitées : 80 % des praticiens interrogés estiment que la valorisation du TTA est une bonne chose et 69 % souhaitent que la majoration des gardes soit pérennisée. Par ailleurs, 46 % des répondants considèrent que le tarif de 640 euros brut pour 10 heures de TTA est suffisant. Les PH se plaignent cependant du manque d’ambition de la mission flash et de certains oublis. Ainsi, 94 % des médecins ayant répondu au sondage estiment que les astreintes devraient également être revalorisées.

Si le principe de ces hausses de rémunération est donc très bien accueilli par les médecins, c’est leur mise en place qui laisseraient à désirer. L’enquête d’APH dénote d’abord un grand manque de communication autour de ces primes : seulement 24 % des répondants disent en avoir été informés par l’établissement dans lequel ils exercent, quand les autres en ont pris connaissance grâce aux syndicats, à la presse ou leurs collègues.

Les PH dans le flou


Au final, un très grand flou règne sur le point de savoir si ces primes seront réellement versées : 46 % des PH ayant effectué des heures supplémentaires ne savent pas s’ils entrent dans les clous du décret du 29 juin. Parmi les PH qui sont au courant de leurs modalités de rémunération, un tiers indique que leur établissement les a informé qu’ils ne bénéficieront pas de ces majorations (en tout ou en partie).

Les motifs de refus de la majoration sont nombreux et ne font qu’ajouter au flou sur la question, certains médecins se voyant tout simplement répondre que le dispositif des heures supplémentaires ne s’applique pas à eux. Au vu du témoignage de certains PH, APH dit « grandement s’interroger sur la gestion des ressources humaines par certaines directions hospitalières ».

« Malgré une communication assez bien orchestrée au plus haut niveau de l’Etat, le silence désespérant des ARS et de certaines directions hospitalières sur la mise en place de ces mesures est ahurissant » conclut APH, qui rappelle qu’une partie des PH n’ont jamais touché leurs primes Covid-19. L’intersyndical demande donc au gouvernement de ne pas se contenter de déclarations de bonnes intentions à l’égard des médecins hospitaliers et de joindre les actes à la parole.

Grégoire Griffard

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Refus d'application de cette majoration

    Le 05 octobre 2022

    J'ai demandé plusieurs fois à ma direction d'appliquer cette majoration à propos des gardes que je prenais volontairement aux urgences. Vu l'absence de réponse malgré un effectif médical très bas aux urgences, je leur ai signalé que j'arrêtai ces gardes (je ne suis pas urgentiste).

    Dr J Cuziat

Réagir à cet article