Médecine chinoise et acupuncture dans le collimateur des Académies

Bruxelles, le vendredi 8 novembre 2019 - L’avis rappelle celui qui avait été émis à propos de l’homéopathie en 2017 et qui avait contribué à la lutte contre les pseudo-sciences, qui a abouti, en France, au déremboursement de l’homéopathie.

Les Académies des sciences européennes* conjointement avec les Académies de médecine** appellent à réglementer voire à interdire, si elles ne sont pas davantage réglementées, certaines pratiques de médecine traditionnelle chinoise, en Europe.

L’OMS a-t-elle agi contrairement à l’éthique ?

Ces instances ont été amenées à se pencher sur le sujet après que l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) a ajouté à son traité CIM (Classification internationale des maladies) un chapitre sur la médecine traditionnelle chinoise.

Pour elles, bien que l’OMS ait déclaré que cette inclusion ne signifiait pas onction scientifique, cet ajout est « contraire à l’éthique » car il laisse entendre que ces médecines traditionnelles sont validées et justifient des prises en charge par la collectivité alors même que les ressources budgétaires sont contraintes en santé.
Les Académies craignent aussi que l’initiative de l’OMS ne renforce la méfiance vis-à-vis de « la médecine fondée sur les preuves ».

Certains bienfaits avérés…

Si les Académies reconnaissent qu’il « y a eu des exemples où la médecine traditionnelle a fait ses preuves dans des essais cliniques rigoureux », en particulier avec l’artémisine contre le paludisme, elle rappelle : « le composé qui a été approuvé pour un médicament  est une version chimiquement modifiée de la molécule d'origine naturelle afin d'améliorer la qualité de ses propriétés pharmacocinétiques ».

…et d’autres beaucoup moins ! 

Concernant l’acupuncture, symbole de la médecine traditionnelle chinoise, ces institutions estiment que son efficacité « reste controversée » en particulier dans la douleur. Elles jugent même que contrairement à une idée reçue : « l'acupuncture n'est pas nécessairement inoffensive ».
Plus globalement, comme pour l’homéopathie en son temps, les Académies redoutent que l’orientation vers la médecine traditionnelle chinoise entraîne des retards de prise en charge. Pire, elles mettent en exergue les dangers de certains traitements à base de plantes.

En outre, elles estiment que les études visant à conclure à l’efficacité de telle ou telle thérapeutique se revendiquant de la médecine traditionnelle chinoise sont mal menées sur le plan méthodologique et entachées de biais.

Les médecines chinoises doivent entrer dans le droit commun

Fortes de ces constats, si les Académies n’appellent pas à l’interdiction pure et simple de ces pratiques, elles entendent qu’elles soient réglementées au même titre que tout autre médecine. 

Elles préconisent ainsi que « les systèmes d'assurance ne remboursent pas ces produits et ces pratiques » sans tests rigoureux « de pré-commercialisation ». De plus, elles suggèrent que « la composition de ces remèdes soit étiquetée de la même façon que les autres produits de santé » et que des « allégations promotionnelles » ne puissent être faites « sans preuve démontrable et reproductible ».

Rappelons qu’en France les consultations d’acupuncture, si elles sont délivrées par un médecin sont remboursées par la sécurité sociale. Peut-être feront-elles l’objet de débats houleux dans les prochains mois…

*EASAC : European Academies Science Advisory Council
** Federation of European Academies of Medicine

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Inquisition 2 ème partie

    Le 09 novembre 2019

    Après l’homéopathie, la cabale est lancée contre l’acupuncture ?
    Son efficacité « reste controversée » sur la douleur ? On va encore nous parler de l’effet placebo ?

    Anna Cannavacciulo

  • Vive la dérision

    Le 09 novembre 2019

    Perso, je pense que toute la médecine ne devrait plus être prise en charge par quelque organisme que ce soit...
    La médecine basée sur les preuves est truquée...
    Tous les médecins et surtout les homéopathes et les acupuncteurs ont eu leurs diplômes de médecins dans des pochettes surprises...et l’avènement de la suprématie de l’IA fera de ce monde un paradis sur terre...
    Vive la dérision. Elle nous empêche de nous euthanasier en masse.

    Dr Patricia Erbibou

  • Une interrogation

    Le 13 novembre 2019

    Comment ? A notre époque des patients pourraient encore se soigner autrement qu'avec de très chères molécules mises au point par les laboratoires pharmaceutiques après une solide étude de marché et un copieux arrosage financier des sociétés savantes ?

    Il faut absolument faire cesser ces pratiques rétrogrades et scandaleuses!

    Dr Jean-Jacques Perret

Réagir à cet article