Méditation pleine conscience : un colloque du ministère de la santé fait débat

Paris, le jeudi 1er août 2018 – Un colloque s’est récemment tenu au ministère de la Santé intitulé : « Pleine conscience : lever les doutes, ouvrir les perspectives », à l’occasion duquel le directeur général de la santé, le professeur Jérôme Salamon s’est montré enthousiaste à l’idée que soit développée, en France,  la méditation pleine conscience (MPC).

Pour le Pr Salomon, la MPC, dont il a vanté, littérature à l’appui, les bienfaits du point de vue du « bien-être mental », s’inscrit en effet dans le « virage vers la prévention porté par le gouvernement ». 

De fait, la feuille de route du gouvernement pour la santé mentale, dévoilée il y un an, recommande de former à la MPC les professionnels de l'éducation, de la santé, de la justice et du travail.

Mais, le Canard enchainé et d’autres ont refroidi ces enthousiasmes et n’ont pas manqué de railler l’emphase du Pr Salomon.

C’est sans danger ?

D’une part, à l’heure du déremboursement de l’homéopathie, Eric Favereau, dans Libération, s’étonne de cet engouement ministériel pour une méthode, qui n’a pas fait, selon lui, la preuve de son efficacité et il s’interroge : cette technique parviendrait-elle à passer les fourches caudines de la commission de la transparence de la HAS ?

D’autres ont souligné les dangers potentiels de la MPC.

On pourra par exemple rappeler les conclusions de travaux publiés dans The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry (1) qui pointaient des risques de « troubles de la mémoire exécutive, de dépersonnalisation, de trouble de la socialisation, d’attaques de panique » et même « d’épisodes psychotiques », chez des patients, déjà fragilisés, ayant recours à la MPC.

Une atteinte à la laïcité ?

D’autres remarquent que cette pratique est fortement inspirée de la philosophie bouddhiste et  influencée par le courant de pensée "New Age", ce qui pourrait apparaître en contradiction avec le principe de laïcité. Pour les puristes, il y aurait d’ailleurs une contradiction à vouloir faire de la MPC une méthode profane. Le psychiatre Alain Cohen dans nos colonnes observait ainsi récemment : « Ce débat est d’autant plus justifié que certains auteurs assurant la promotion de ces interventions (laïques) basées sur la MPC sont eux-mêmes des moines bouddhistes. Si le contenu originel de la MPC est "explicitement spirituel", il n’est pas évident que sa transposition laïque soit pleinement justifiée, hors de son "intention spirituelle globale" ». Aussi, tout en reconnaissant le caractère intéressant de certaines pistes ouvertes par la MPC, il est probable que ses limites devraient réfréner de la part des autorités une promotion trop marquée.

Frédéric Haroche

Référence
1. Van Gordon W et coll.: Are there adverse effects associated with mindfulness? Aust N Z J Psychiatry, 2017; 51(10): 977–979.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (12)

  • De nombreuses "techniques" de méditation.

    Le 01 août 2019

    Quand on parle de méditation il faut faire observer qu'il y a de nombreuses "techniques" de méditation. Toutes ne sont pas à mettre dans "le même sac" ! D'où la nécessité absolue de bien différencier ces techniques avant tout jugement.
    Difficile ici de rentrer dans tous les détails... je dirai simplement que la méditation MPC utilisé aux Etats Unis sous le nom de M.B.S.R, développé par Pr Jon Kabat-Zinn (Universté du Massachussets) a une utilisation clinique reconnue. En France le Pr Christophe André (hopital Ste Anne) a repris et codifié cette méthode, elle est régulièrement utilisée en milieu hospitalier (et ailleurs).

    Dr Roland Plumeau

  • Oxymore

    Le 01 août 2019

    On a eu le droit à la méthode Coué, au training autogène de Schutz, à la méditation transcendantale, au lâcher prise etc. maintenant voilà la méditation en pleine conscience, oxymore d'ailleurs.
    Et il n'est même pas étonnant de voir des responsables s'y laisser prendre...

    Dr René Mettey

  • Pubmed

    Le 02 août 2019

    Le mindfulness est une TCC reconnue et validée par des centaines d'études scientifiques (allez faire un tour sur pubmed avant de relayer les propos de gens déconnectés à la fois de la pratique clinique et de la science). Comparer le mindfulness a une pratique new âge c'est aussi débile que comparer la rTMS au magnétisme de Mesmer au motif qu'il y a le mot "magnetique" dans rTMS... La France est déjà plus ou moins la risée des autres pays dans ces domaines mais si on associe la bêtise à la rigidité on va pas s'en sortir.

    AB

Voir toutes les réactions (12)

Réagir à cet article