Omicron : un risque d’hospitalisation réduit des 2/3…même en Europe !

Edimbourg, le 23 décembre 2021 - Des premières données sud-africaines ont suggéré une moins grande gravité des cas de Covid dus au variant Omicron (par rapport à ceux liés au Delta).

Mais ces résultats n’avaient pas totalement convaincu les observateurs européens. Ils mettaient en avant la jeunesse de la population sud-africaine et une meilleure immunité post infectieuse dans cette population, 70 % ayant déjà été infectés par l’un ou l’autre des variants selon des enquêtes sérologiques.  

Etude de cohorte sur 24 000 cas d’Omicron

Ces réserves seront sans doute en partie levées grâce à une étude publiée par les services de santé publique écossais.

Se basant sur les données de santé de 5,4 millions d’assurés sociaux (99 % de la population), des chercheurs de l’université d’Edimbourg et de l’Agence Public Health Scotland ont entrepris une étude de cohorte sur 23 840 cas (49,2 % âgés entre 20 et 39 ans) de Covid-19 Omicron + afin de fournir des estimations de la gravité des infections par ce variant et de l'efficacité du vaccin contre les formes symptomatiques qui lui sont dues.

Ils ont comparé ce groupe à ce qui est attendu chez des patients Delta + similaires par l’âge, le sexe, le niveau socio-économique, le statut vaccinal et les comorbidités.

Des modèles complexes ont également étaient utilisés pour estimer l’efficacité de la dose de rappel sur ce variant 6 mois après l’injection.  

Omicron : plus de réinfection, moins d’hospitalisation

Il apparaît en premier lieu que la proportion de réinfection est dix fois supérieure dans le groupe Omicron que dans le groupe Delta (7,6 % contre 0,7 %).

Au total, 15 admissions à l'hôpital chez les patients Omicron ont été recensées soit 32 % de ce qui aurait été attendu avec le variant delta. La dose de rappel, quant à elle, a été associée (sur un modèle) à une réduction de 57 % du risque d'infection symptomatique chez les Omicron + 6 mois après l’injection.

Les auteurs concluent : « ces premières données nationales suggèrent qu'Omicron est associé à une réduction de deux tiers du risque d'hospitalisation pour le COVID-19 par rapport à Delta. Tout en offrant la plus grande protection contre Delta, la troisième dose de vaccination/booster offre une protection supplémentaire substantielle contre le risque de COVID-19 symptomatique pour Omicron ».

On attend désormais une confirmation par d’autres études.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Confirmation de l'Imperial college Londres

    Le 23 décembre 2021

    Les données écossaises " rassurantes " sont confirmée par l'Imperial College à Londres :
    https://www.imperial.ac.uk/media/imperial-college/medicine/mrc-gida/2021-12-22-COVID19-Report-50.pdf
    A coté de la moindre virulence apparente , il faut intégrer des couvertures vaccinales accrues et des contaminés plus jeunes.
    Outre le séquencage , ces données rappellent la pertinence de nos collègues UK , leur transparence.

    Dr JP Bonnet

Réagir à cet article