Optimisme prudent en Amérique latine

Lima, le vendredi 16 octobre 2020 – Région la plus touchée par l’épidémie de Covid-19, l’Amérique latine connait depuis quelques semaines une baisse du nombre de contaminations et de morts. En Europe, les « bons élèves » sont rattrapés par la seconde vague.

Prenez la liste des pays déplorant le plus de morts par habitants de l’épidémie de Covid-19 et vous y trouverez de nombreux pays d’Amérique latine. Le Brésil (152 000 décès), le Mexique (85 000 morts), le Pérou (33 500 décès) ou encore la Colombie (28 500 morts) ont été durement frappé et endeuillé par la pandémie actuelle. Le continent compte plus de 10 millions de cas recensés, sur environ 39 millions sur l’ensemble de la planète. Région particulièrement inégalitaire, l’Amérique latine est également très durement frappée économiquement et les restrictions sanitaires ont plongé des millions de personnes dans l’extrême pauvreté.

Retour progressif à la vie au Pérou

Pourtant, un optimisme prudent est de mise. Presque tous les pays de la région connaissent une baisse lente mais continue du nombre de contaminations et de morts et peuvent espérer avoir bientôt dépassé la « première vague » de l’épidémie. Au Pérou, pays qui détient le triste record du plus grand nombre de morts par habitant (0,1 % de la population est décédé de la maladie), la Covid-19 ne tue plus qu’environ 70 personnes par jour, contre près de 300 décès quotidiens en juin.

Signe d’un retour progressif à la vie, le gouvernement péruvien a annoncé la réouverture prochaine de ses sites touristiques. Les amoureux des Incas pourront à nouveau visiter le Machu Picchu dès le mois de novembre. Le célèbre site archéologique, fermé depuis mars, a été réouvert en avant-première mercredi dernier pour un unique touriste : Jesse Takayama, un Japonais de 26 ans bloqué au Pérou depuis sept mois en raison de la fermeture des frontières !

Confinement interminable en Argentine

L’épidémie faiblit également au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé au monde en valeur absolu. 500 Brésiliens y meurent chaque jour de Covid, contre près de 1 100 en juillet. Chaque État du Brésil lève progressivement et chacun à son propre rythme les restrictions sanitaires pour tenter de relancer une économie désormais exsangue. Sao Paulo, plus grande ville du Brésil (et du continent) va ainsi prochainement rouvrir ses cinémas, théâtres et bibliothèques.

Seule exception dans ce tableau plutôt optimiste, l’Argentine, qui n’a jamais connu autant de morts (515 vendredi dernier) et de contaminations (17 000 ce jeudi) que ces dernières semaines. Le gouvernement a ainsi décidé de prolonger jusqu’au 11 octobre un confinement qui dure depuis le 19 mars, soit le plus long au monde. Si les mesures ont été assouplies dans la capitale Buenos Aires, avec la réouverture des bars et restaurants, les écoles argentines ne sont quant à elles toujours pas réouvertes.

Les « bons élèves » européens rattrapés par la seconde vague

Si la situation s’améliore en Amérique latine, elle s’aggrave de notre côté de l’Atlantique avec la fameuse « seconde vague ». Un rebond épidémique qui n’épargne même pas les « bons élèves », les pays qui pouvaient se targuer d’avoir mieux résisté à la première vague printanière.

L’Allemagne a ainsi connu ce jeudi son record de contaminations, avec 6 638 nouveau cas détectés (plus de 5 fois moins qu’en France). La chancelière Angela Merkel a annoncé la mise en place de nouvelles mesures de distanciation sociale dans les régions les plus touchées. La situation se dégrade également fortement en Suisse, où le nombre de nouveaux cas a été multiplié par cinq en deux semaines et en République Tchèque.

Mais c’est sans doute en Russie où la situation est la plus préoccupante. Si l’on en croit les chiffres officiels (évidemment sujet à caution), le pays avait plutôt bien résisté à la première vague. Mais les derniers chiffres en provenance de Moscou sont inquiétants, le pays ayant battu récemment son record de nouvelles contaminations (14 000 ce mercredi) et de décès (286 ce jeudi) en une journée. Les autorités continuent cependant de se montrer optimisme quant à l’obtention rapide d’un vaccin efficace contre la Covid-19. Alors que Spoutnik-V aurait déjà été testé sur des dizaines de milliers de Russes, le laboratoire Vektor a enregistré un nouveau vaccin expérimental dénommé EpiVacCorona.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article