Pas d’écran avant trois ans : un soutien massif du ministre de la Santé

Paris, le vendredi 19 octobre 2018 - Il y a dix ans, le Conseil supérieur de l’audiovisuel lançait un nouveau mot d’ordre en recommandant aux familles d’éviter l’utilisation des écrans par les jeunes enfants de moins de trois ans. Cette campagne s’inscrivait dans le choix du CSA de refuser la programmation en France d’émissions spécifiquement destinées à ces très jeunes publics. Difficile de savoir dans quelle mesure cette recommandation est parfaitement suivie alors qu’en dix ans, l’usage des tablettes et autres portables n’a cessé de progresser. Par ailleurs, si la plupart des sociétés savantes ont adopté cette préconisation, de nombreux spécialistes insistent cependant sur le fait que c’est toujours l’excès et un usage sans aucun accompagnement des adultes qui peut être délétère et qu’un bannissement total (à l’instar de véritables produits toxiques, tel l’alcool !) n’est pas envisageable ni même totalement nécessaire.

Des risques multiples mais flous

En dépit de ces nuances, le ministre de la Santé a tenu à manifester un soutien majeur à ce mot d’ordre à l’occasion des dix ans du lancement de ce message. « Nous voyons aujourd'hui combien cette alerte était nécessaire et combien cet enjeu est toujours d'actualité » a ainsi assuré Agnès Buzyn qui a énuméré les différents risques « qui pèsent sur les jeunes enfants (…) sur le développement du cerveau, l’acquisition du langage et le niveau de concentration », sans oublier la sédentarité qui favorise l’obésité ; même s’il n’est pas impossible qu’il existe une corrélation entre certaines fragilités sociales et la surexposition aux écrans qui pourrait plus fortement encore expliquer les risques cités. Ainsi encouragé, le président du CSA a annoncé la préparation de deux chartes dont l’une concerne l’exposition des enfants à la pornographie et la seconde l’influence des écrans sur les troubles alimentaires (ce qui fera rappeler à certains qu’en France les négociations visant à supprimer les publicités pour les produits sucrés et gras durant les programmes pour enfants ont toujours échoué !).

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article