Portage de médicaments à domicile : pas dans la ligne de l’Ordre

Paris, le mardi 11 juillet 2017 - Il n’aura pas fallu longtemps au Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP) et à sa toute nouvelle présidente, Carine Wolf-Thal, pour réagir au battage médiatique qui a entouré l’annonce par le groupement Pharmabest du lancement de son service payant de livraison de médicaments à domicile en partenariat avec La Poste. Le système mis au point par le réseau qui regroupe une soixantaine de pharmacies au chiffre d’affaires moyen de 10 millions d’euros annuels repose sur une application qui permet au patient de photographier son ordonnance, sa carte Vitale et celle de sa complémentaire éventuelle, puis d’envoyer le tout au pharmacien partenaire. Les médicaments prescrits sont alors délivrés par un salarié de La Poste dans une enveloppe scellée.

Soucieux de clarifier sa position concernant les services payants de portage de médicaments sur ordonnance suite à la grande visibilité donnée à l’offre de Pharmabest, le CNOP a publié un communiqué dans lequel sa présidente rappelle notamment que « le médicament n'est pas un produit comme les autres et sa dispensation doit être accompagnée par un pharmacien ». Si Alain Syl, le directeur général de Pharmabest, interrogé dans Le Parisien du 5 juillet dernier, parle de « travail habituel » du pharmacien avec notamment « un contrôle de l’ordonnance », Carine Wolf-Thal ne souscrit pas à cette allégation : « le pharmacien ne peut pas donner les mêmes conseils si la personne n’est pas en face de lui. Il ne peut pas prendre les éventuels signaux pathologiques qui peuvent le conduire à poser des questions supplémentaires sur son état de santé (…) et ainsi adapter son traitement en concertation avec le prescripteur ».

Des questions de sécurité et de respect des bonnes pratiques à éclaircir

Emboîtant les propos de sa présidente, Alain Delgutte, président du conseil central A du CNOP (pharmaciens titulaires d’officine) estime pour sa part que « systématiser la livraison à domicile ne constitue pas une approche satisfaisante. La pharmacie, comme la médecine, est une profession de santé s’appuyant sur un colloque singulier avec le patient. C’est cette connaissance du patient qui permet au pharmacien d’apprécier s’il peut, comme il le fait souvent gratuitement, organiser une livraison à domicile de son traitement ».

Par ailleurs, l’Ordre estime que les services de portage par des non-pharmaciens posent un certain nombre de questions qui concernent la sécurité des patients : comment sera alimenté le Dossier pharmaceutique (DP) ? Comment respecter les bonnes pratiques de dispensation qui exigent de disposer de l’original de l’ordonnance avant toute dispensation ? Quelles conditions de stockage et de conservation en cas d’absence de la personne livrée et du retour au pharmacien, une fois que le médicament est sorti du contrôle de la chaîne pharmaceutique ? Etc. En fin de compte, le CNOP rappelle que ce service de livraison est déjà assuré par certains pharmaciens « dans le strict respect des règles de sécurité ». Une réunion le 12 juillet est d’ailleurs prévue entre l’Ordre et les responsables de Pharmabest pour éclaircir tous ces points.

Benoît Thelliez

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Le facteur fera t-il aussi les pansements à domicile ?

    Le 12 juillet 2017

    Le facteur qui assure la surveillance des personnes âgées à domicile, le facteur qui livre les médicaments... Bientôt le facteur fera t-il aussi les pansements à domicile ?
    Je trouve qu'il est vraiment dangereux de banaliser le rôle capital des professionnels de santé qui ont les compétences nécessaires pour détecter les signaux d'alerte d'un problème de santé que pourrait présenter la personne à domicile.

    Marie-Louise Bernard

  • Un coursier à vélo

    Le 16 juillet 2017

    Le besoin existe. La solution est que les pharmacies elles-mêmes développent cela. On paye un coursier à vélo, un jeune qui veut gagner quelques sous, et qui livre depuis la pharmacie.
    Et ce qui est en vente libre ne peut de toute façon pas être contrôlé efficacement !

    Dr Virgile Woringer

Réagir à cet article