Quand la vaccination des soignants perturbe le fonctionnement des services

Brest, le vendredi 12 février - Le vaccin d’AstraZeneca contre la covid-19 est administré depuis samedi au personnel soignant de moins de 50 ans et l’identification d’effets secondaires a amené le CHRU de Brest à suspendre l’immunisation de son personnel.

25 % du personnel vacciné en arrêt-maladie !

En cause : la survenue de syndromes grippaux qui selon des informations du Télégramme de Brest auraient amené 20 à 25 % des vaccinés à se faire prescrire un arrêt-maladie.

Une information qui est remontée à l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) qui recommande désormais, dans les établissements de santé, d'échelonner la vaccination du personnel soignant « afin de limiter le risque potentiel de perturbation du fonctionnement des services de soins ».

L’agence dénombre concernant le vaccin AstraZeneca, un total de 150 effets indésirables déclarés et analysés (sur environ 10 000 injections) dont 149 correspondent à des cas de syndromes grippaux. Ces manifestations sont survenues en moins de 24h pour 127 cas. Concernant les 149 cas de syndromes grippaux, on relève en particulier de la fièvre avec une médiane de température à 39°C. La plupart des cas ont été rapportés chez des professionnels de santé d’âge moyen de 34 ans.

L’Agence se veut néanmoins rassurante et précise : « le lot du vaccin AstraZeneca utilisé depuis le 6 février 2021 a fait l’objet d’un contrôle strict de sa qualité pharmaceutique conformément à la procédure de libération des lots . Ce lot a été utilisé dans 21 autres pays de l’UE. A ce jour, il n’y pas eu de déclarations équivalentes dans d’autres pays ».

Pfizer : attention à l’hypertension

Parallèlement, l’Agence a publié ses dernières données de vaccino-vigilance.

Concernant le vaccin de Pfizer un total de 2140 cas d’effets indésirables depuis le 27 décembre ont été analysés dont 205 graves. Parmi ceux-ci 85 décès concernant lesquels, l’Agence estime que les « données actuelles ne permettent pas de conclure qu’ils sont liés à la vaccination » (compte tenu de l’âge et des comorbidités des sujets vaccinés). 

Pour ce vaccin Pfizer, les effets indésirables à surveiller sont en particulier : l’hypertension artérielle (73 cas dont 36 « graves ») et les troubles du rythme cardiaque (140 cas au total dont 72 graves). Concernant ces derniers « l’analyse approfondie de ces données conduit ainsi à identifier majoritairement la survenue de troubles du rythme en rapport avec l’acte vaccinal et non du vaccin » précise l’ANSM.

Concernant le vaccin Moderna, 40 cas d’effets indésirables ont été répertoriés depuis le 22 janvier. Ils ne présentent pas de critère de gravité sauf 2 cas correspondant à des réactions de type réactogénicité, locales et systémiques.

A suivre…

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Acte vaccinal ? Ou vaccin ?

    Le 12 février 2021

    Praticien de 71 ans, sans comorbidités, j'ai contracté la covid au SAMU en mars 2020, 15 jours avec myalgies, fièvre initiale, et surtout arythmie ce symptôme n'étant à l'époque pas évocateur. PCR negative mais IgG au 2ème mois. 6 mois de fatigue. Premier vaccin Pfizer début janvier sans aucun effet secondaire. Seconde injection: après 12h et pour 2 jours, fièvre a 40°, myalgies, douleurs abdominales, et...arythmie, au point que j'ai cru refaire la covid.

    Il me semble que c'est plus le vaccin que l'acte qui est en cause, n'en déplaise à l'ANSM.

    Pr A. Muller

  • Arythmie lors de la covid 19 et aussi lors de réaction fébrile au vaccin

    Le 14 février 2021

    Le risque d'arythmie augmente en particulier avec l'âge, le manque de sommeil, le stress, et la fièvre quelle qu'en soit la cause...

    Dr Dominique Dalla Corte

Réagir à cet article